La mémoire étouffée - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 26 Avril 2018

Suivez-nous

Apr.
27
2018

Télévision

La mémoire étouffée

Vendredi 22 Décembre 2017
نسخة للطباعة

Les soirées sur les chaînes «Watania 1 et 2» de nostalgie et de souvenirs, si on ose les nommer ainsi, avec des programmes d’archives se suivent et ne se ressemblent pas. Car depuis quelque temps, il ne s’agit plus de nos propres images d’hier, mais de celles d’autres programmes de télévisions arabes parvenus ou ramenés à l’époque des années soixante dix du siècle dernier. 

Certes ces programmes appartiennent à la Télévision tunisienne. Mais ce qui intéresse le télespectateur, ce sont les émissions produites dans les années soixante, soixante dix et quatre vingt, par exemple, par des concepteurs, animateurs ou journalistes tunisiens. On ne niera point l’effort fourni pour numériser toutes les archives filmées de notre télévision, mais il faudrait faire la différence, voire ne pas faire l’amalgame entre la production locale et celle de pays frères et amis. Et il semblerait que la qualité du produit proposé l’ait emporté au niveau du choix des programmes diffusés jusqu’aujourd’hui. Mais pour le commun des téléspectateurs, il s’agirait d’un enregistrement fait en Tunisie. Cela n’est pas à exclure. Or, plusieurs spectacles et autres variétés sont libanais et égyptiens. Et pourquoi Dieu faut-il toujours présenter des variétés ? N’y avait –il pas eu des productions d’émissions littéraires, de jeux et même politiques ? On convient que c’est affirmatif, ayant eu la chance de vivre plusieurs époques de notre télévision depuis la fin des années soixante et le début des années soixante dix du vingtième siècle. Mais ce qui serait déplorable et comme il avait été dit auparavant à l’occasion de l’anniversaire du lancement de la Télmévision tunisienne, c’est que plusieurs enregistrements ont été effacés au détriment d’autres programmes. Une mémoire effacée !? Oui, cela a bel et bien existé sous nos cieux. L’auteur de ces lignes a participé et assisté à plusieurs émissions de jeux, de variété et même de sport de 1972, à 1985,pour rester dans l’histoire. Il attend toujours d’être surpris par leur rediffusion, tout en craignant qu’elles soient parties à jamais ! La recherche demeure nécessaire et faut-il mettre la main à la pâte pour retrouver des images encore perdues ?

 Lotfi BEN KHELIFA