Terminer la phase aller sans défaite - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 17 Juillet 2018

Suivez-nous

Jul.
18
2018

EST.. Les joueurs unanimes

Terminer la phase aller sans défaite

Mercredi 20 Décembre 2017
نسخة للطباعة

Les joueurs de l’Espérance ST ont repris les entraînements en prévision de leur rencontre de samedi prochain contre le CS. Sfaxien, match entrant dans le cadre de la mise à jour de la  9ème journée. Nous en serons alors quitte avec cette phase aller qui n’a fait que traîner en longueur sans laisser de bons souvenirs dans les mémoires. 

Il n’y a pas que le rendez-vous de samedi prochain qui attend l’équipe de Bab Souika sachant que la 1ère journée retour suivra trois jours plus tard avec l’accueil du CO. Medenine. Deux matches que les « Sang et Or » tiennent à négocier victorieusement avant la trêve qui de trois semaines qui sera imposée à la compétition.

Faire mieux qu’à Kairouan et au Bardo

Solide leader de la ligue 1, l’Espérance ST sera devant l’obligation de conforter son leadership devant une équipe du CS. Sfaxien qui constitue l’agréable surprise du championnat. Une équipe qui, interdite de recrutements jusqu’à la fin de l’année en cours a, néanmoins,  réalisé un parcours plus que satisfaisant lui permettant de viser une place en ligue africaine des clubs champions. Raison pour laquelle le rendez-vous de samedi prochain sera le genre de match à six points pour les deux équipes. 

Et notamment pour les « Sang et Or » de Tunis mis devant l’obligation de gagner pour conforter encore plus leur capital points et terminer la phase aller du championnat sans la moindre défaite. Une manière de rassurer leur entourage après deux prestations mi- figue, mi- raisin devant la JS. Kairouan et le Stade Tunisien.

Khénissi opérationnel ? 

Possible

Ils étaient tous au rendez-vous à la reprise des entraînements ou presque, Iheb Mbarki étant absent pour les raisons que nous connaissons. Taha Khénissi continue, quant à lui, sa remise en condition. Sera-t-il opérationnel samedi prochain ?

Pas tout à fait certain dans la mesure où il faudra attendre  le feu vert du médecin du club d’une part et les prédispositions du joueur d’autre part. Un retour du reste souhaité pour le match de samedi prochain, vraisemblablement en cours de match. 

Mbarki sera opéré dans deux semaines

Iheb Mbarki, nous y sommes justement. Le joueur sera opéré dans deux semaines aux ligaments croisés avons-nous appris de source crédible. Dans la mesure où il sera astreint à quelques exercices lui permettant un renforcement musculaire.

Le moral d’Iheb Mbarki est au beau fixe, il prend son mal en patience avec l’espoir de recommencer à toucher au ballon dans moins de cinq mois.

Coulibaly naturalisé tunisien ?

Mutisme des responsables

La naturalisation du joueur ivoirien est à l’ordre du jour, on en parle depuis quelque temps sans qu’une source crédible  vient la confirmer. A commencer par le joueur comme par l’Espérance ST.

Une quasi- certitude, néanmoins : la naturalisation de Fousseny Coulibaly germe dans l’esprit des responsables de l’Espérance ST pour une raison bien simple : l’effectif de l’équipe professionnelle compte, en effet, trois joueurs étrangers (Coulibaly, Franck Kom et Eneramo), donc pas question de recruter un autre joueur étranger. L’éventuelle naturalisation de l’Ivoirien le permettra. 

La procédure de naturalisation de Coulibaly peut passer par ailleurs, par la fédération tunisienne de football pour lui donner plus de chance d’aboutir. Comme on l’a fait pour Dos Santos et Clayton. Or, côté instance fédérale, on laisse croire que Nabil Mâaloul n’a pas fait part de son intention de recourir au joueur ivoirien tout en faisant allusion à la flopée de joueurs évoluant dans l’entre jeu de l’équipe nationale. Compartiment auquel viendraient  s’ajouter les expatriés Seïfeddine Khaoui et Elyès Skhiri.  

Toujours est-il qu’indépendamment de l’éventuel recours à la fédération tunisienne de football, tout joueur étranger peut déposer une demande de naturalisation après un séjour de cinq années en Tunisie. Coulibaly y est depuis beaucoup plus. Attendons voir.

Rafik BEN ARFA

Mots-clés: