Kouki : «Récolter un point contre le leader est bon à prendre» /Traoui : «La force de caractère de nos joueurs a encore prévalu» - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 19 Janvier 2018

Suivez-nous

Jan.
19
2018

En marge du match «ST-EST»

Kouki : «Récolter un point contre le leader est bon à prendre» /Traoui : «La force de caractère de nos joueurs a encore prévalu»

Mardi 19 Décembre 2017
نسخة للطباعة

Le match entre le Stade Tunisien et l’Espérance ST a tenu ses promesses  avec en filigrane  quatre buts, chose assez rare dans un derby sauf que, cette fois-ci, on tenait d’un côté comme de l’autre aux trois points de la victoire. Un match qui se terminera finalement sur une parité entre deux équipes dont les joueurs ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Car, tout compte fait, aucune formation ne méritait de perdre au vu du volume de jeu développé de part et d’autre.

Un dispositif tactique mûrement réfléchi
Sur une pelouse à la limite du praticable, Stadistes du Bardo et « Sang et Or » de Tunis ont fait planer l’incertitude jusqu’au coup de sifflet final d’un arbitre, Naïm Hosni, qui n’a pas fait l’unanimité. Sans pour autant influer sur le résultat final de la rencontre. Il était clair d’entrée en jeu que Mohamed Kouki a opté pour  la prudence fermant toutes les issues devant la meilleure attaque du championnat. Empêchant Chaalali, confirmé sur le flanc droit de la défense, de monter au charbon et mettant une surveillance à la culotte sur Ferjani Sassi. Un dispositif qui a fini par prévaloir au fil des minutes, mieux même dans la mesure où l’équipe du Bardo est parvenue à prendre en défaut à deux reprises une défense espérantiste à chaque fois victime de son mauvais placement.
Jacques Besson n’ayant pas rencontré de problèmes pour voir deux de ses quatre tirs au but terminer leur course dans les filets d’Ali Jmel en l’espace de quatre minutes, un peu contre le courant du jeu. Même si Mohamed Kouki a déclaré  qu’en termes d’opportunités de marquer, son équipe a créé plus d’occasions que son vis è vis espérantiste reconnaissant finalement que la parité est juste : « Mon équipe tenait la victoire en main sans ce penalty peu évident accordé à l’Espérance. Je reste, malgré tout, persuadé qu’obtenir un point contre le leader du championnat est un bon résultat au vu du jeu développé par mes joueurs sur les plans aussi bien tactique que physique ».
Le penalty accordé à Dhaouadi est plus qu’évident, cela a été démontré sur les plateaux  de Dimanche Sport.

Un scénario identique à celui  de Kairouan
Comme à leur habitude, les «Sang et Or» de Tunis ne s’avoueront pas battus d’autant plus que le but de Chemmam est venu à un moment approprié du match à deux minutes de la pause. Le remplacement de Bguir par Besseghaïer a donné plus de profondeur au jeu des « Sang et Or » et les occasions de marquer de se multiplier au fil des minutes. Laissant des espaces que Jelassi a failli mettre à profit  à la suite d’un contre conclu par un tir que Jmel sauva de justesse. La pression continue des « Sang et Or » a abouti au penalty accordé à Dhaouadi et transformé par F. Sassi assurant une parité que l’Espérance ST n’a pas volé au vu de son meilleur volume de jeu.
Une réaction des visiteurs semblable à celle entrevue quelques jours plus tôt à Kairouan au cours de la seconde période de jeu. Reste que l’Espérance ST a quelque peu déçu et ce n’est Majdi Traoui qui dira le contraire : « Je savais que le match ne sera pas une partie de plaisir pour l’Espérance. Des erreurs ont été commises permettant au Stade Tunisien de marquer à deux reprises sans pour autant toucher au moral de nos joueurs habitués à ce genre de scénario. Le but de Chemmam a été le déclencheur de la réaction de l’équipe qui est parvenue à revenir au score tout en ratant de peu un troisième but. Et là, je ne manque de mettre l’accent sur la force de caractère de nos joueurs ».
Le plus difficile reste à venir pour l’équipe de Bab Souika. A commencer par samedi prochain contre son suivant immédiat. Pour le Stade Tunisien, c’est le meilleur qui reste à venir.

Rafik BEN ARFA