Handball - En prévision de la CAN: Les joueurs expatriés en renfort, à partir du 27 décembre - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 18 Janvier 2018

Suivez-nous

Jan.
18
2018

Handball

Handball - En prévision de la CAN: Les joueurs expatriés en renfort, à partir du 27 décembre

Dimanche 17 Décembre 2017
نسخة للطباعة
Handball - En prévision de la CAN: Les joueurs expatriés en renfort, à partir du 27 décembre

La Coupe d’Afrique des Nations du Gabon, c’est dans un moins d’un mois. La préparation  de l’équipe nationale se poursuit à un rythme régulier à raison d’un rassemblement par semaine avec la présence des joueurs locaux.  Nouveau stage à partir de demain lundi, stage qui se poursuivra jusqu’à vendredi avec le groupe de joueurs suivant :

*Gardiens de but : Majed Hamza (ESS) – Makram Missaoui (CA) et Mohamed Salah Braham (AS. Téboulba)

*Joueurs de champ : Rafik Bacha, Achref Saafi, Jihed Jaballah, Bilel Hmam, Anouar Ben Abdallah et Issam Rezig (ESS) – Oussama Boughanmi, Chafik Boukadida , Oussama Jaziri, Hamdi Aïssa, (EST)  - Skander Zaïed, Zoubeïer Essaïes (CA) – Youssef Maaref (EMM) – Oussama Ghachem (AST) et Kamel Alouini (Ahly Jeddah).   

 

Peu de tests de qualité

La dernière partie de la préparation se déroulera avec la présence  des joueurs expatriés suivants : Marouane Mgaïez, Marouane Chouirf, Aymen Bannour, Oussama Hosni, Mohamed Essoussi, Aymen Toumi, Makrem Slama, Khaled Hadj Youssef et Wael Jellouz. 

On s’attend au retour d’Abdelhak Ben Salah parmi le groupe. Il n’est plus, par ailleurs, question de la récupération de Mosbah Sanii, le sociétaire de Chambéry HB étant soumis à une opération aux adducteurs.

La préparation du rendez-vous du Gabon se déroule dans de bonnes conditions certes, mais nous sommes plus que persuadés que l’absence de tests amicaux de qualité reste la grande énigme de cette préparation. Un tournoi est certes programmé en Roumanie suivi   de deux rencontres devant des équipes de clubs en Espagne. Très peu pour une sélection qui vise la récupération de son titre africain. Nous y reviendrons. 

Rafik BEN ARFA

Mots-clés: