Les rapprochements de l’impossible - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 20 Juillet 2018

Suivez-nous

Jul.
20
2018

Spectacle «Frontières de l’invisible»

Les rapprochements de l’impossible

Jeudi 14 Décembre 2017
نسخة للطباعة

La nouvelle création chorégraphique et théâtrale « Frontières de l’invisible » de Sihem Belkhodja (Compagnie « Ness El Fen) a été présentée récemment à Mad’Art Carthage dans le cadre de la 19è édition des Journées théâtrales de Carthage (JTC-8-16 décembre 2017.) Un spectacle d’une heure qui dénonce sans fioritures par les mouvements, les danses et la parole le fléau de l’immigration clandestine particulièrement celle des jeunes tunisiens et arabes en général vers la Syrie pour y mener des combats « Djihadistes » !

En accédant à la salle et alors que la pièce n’avait pas encore commencé, les danseurs-acteurs sont déjà debout, immobiles et silencieux sur scène. Le spectacle aurait-il ainsi commencé ? L’atmosphère est lugubre, la lumière est presque absente. Des barres parallèles en fer sont placées en diagonale. Le jeu s’annonce triste, voire macabre. Le spectacle démarre lentement avec les  mouvements de va-et vient dans le bon et le mauvais sens de jeunes filles et de  jeunes hommes. C’est le flux migratoire qui s’installe sous une lumière tamisée avec les refoulements, les traitements inhumains infligés à ces jeunes par les garde-frontières. Les voix de ces jeunes s’élèvent en sourdine en live et en off, se suivent et s’entremêlent parfois pour dire leur identité. Quelques-uns parmi eux outrepassent les frontières en escaladant les barres-symboles. Un chassé-croisé infernal. Et soudain, ces corps s’ouvrent à la danse. Les barrières ont été levées. Les rapprochements sont devenus possibles, car ils deviennent des liens. C’est la danse et la valse des amoureux. L’amour a triomphé de la bêtise  et de la mort. La tension cède la place aux rires, aux youyous, à la danse  improvisée, aux rencontres amoureuses et à la joie de vivre. Durant soixante minutes, « le spectacle « Frontières de l’invisible » a démontré que les rapprochements impossibles pourraient être et devenir possibles.

Lotfi BEN KHELIFA