Entre poterie vernaculaire et poésie en mouvement - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 21 Janvier 2018

Suivez-nous

Jan.
21
2018

Au palais El Abdellia

Entre poterie vernaculaire et poésie en mouvement

Mercredi 13 Décembre 2017
نسخة للطباعة

Les potières de Sejnane sont à l'honneur pour trois jours à El Abdellia grâce à une exposition qui met en regard le geste des artisanes et les métaphores des poètes. Un moment choisi pour découvrir des oeuvres à la frontière poreuse de l'art, l'artisanat et le design...

Le palais El Abdellia à la Marsa accueille pour trois jours une exposition des plus originales. Organisée par plusieurs partenaires, cette exposition a proposé de découvrir des éditions limitées de poteries de Sejnane, placées sous le signe de la poésie en mouvement. Utilisant le terme anglais de "poetry" pour "poésie", les organisateurs suggèrent un jeu de mots entre "poetry" et "poterie", qui résonnent comme des cousins étymologiques.

Comment se rencontrent poterie, poésie et design...

L'exposition qui s’est poursuivi du 9 au 11 décembre était une nouvelle occasion de retrouver les travaux des artisanes de la région de Sejnane, au nord de la Tunisie. Ces oeuvres qui ont connu une vogue remarquable depuis quelques années, sont un exemple de créativité brute, d'art naïf et de transmission culturelle. Avec leurs formes aberrantes et leur tonalité unique, les poteries produites par les artisanes de Sejnane offrent un exemple unique qui intéresse de plus en plus les esthètes. Ce croisement entre poésie et poterie ouvre une perspective enrichissante et pose bien des questions. Comment regarder un objet utilitaire? Comment dénicher la touche artistique dans un travail artisanal? Comment observer le passage vers le design d'un art vernaculaire?

Autant d'interrogations qui donnent toute sa profondeur à cette initiative qui rehausse de façon originale le statut des poteries de Sejnane. En effet, on peut comparer le geste des potières de Sejnane à celui des tisserandes de la tradition qui, elles aussi, créent de véritables peuples-d'oeuvre, issus des méandres de la tradition et du savoir-faire des femmes. Cette irruption de la poterie de Sejnane dans le domaine artistique, par le biais de la poésie, est à étudier sérieusement, en tentant une analyse des oeuvres. Il importe en effet de voir comment le répertoire traditionnel est dépassé, rénové, profondément modernisé. Il est tout aussi essentiel de se pencher sur les nouveaux motifs, signes et symboles apparus dans cet univers plastique.

Les artisanes de Sejnane sont ainsi en train de nous mettre face à un paradigme en mouvement. A leur manière, elles instaurent une dialectique inédite entre l'art "savant" et la tradition des artisans. Elles instillent en effet une dimension poétique à ce qui vibrait déjà du tumulte des muses. Cette approche bonifie les poteries de Sejnane, leur ajoute une valeur supplémentaire et les insère dans un marché de l'art qui n'attendait pas ces produits et les accueille avec intérêt. En ce sens, l'implication de la galerie Musk and Amber dans cet événement est un signe fort, une indication qui ne trompe pas quant à la capacité des potières de Sejnane à s'inscrire dans la dynamique du nouveau design tunisien.

Tisser des forêts de symboles

Il convient donc de découvrir cette exposition avec un double regard: celui de l'esthète pour lequel n'importe que la qualité intrinsèque des oeuvres, ce grain qui est parfois invisible au regard profane; celui de l'artiste qui ira chercher les modalités de sublimation d'objets simples, réalisés avec de la glaise et transmis par des mains expertes. Dans ce double mouvement s'articulera nécessairement le regard critique sur les poteries/poésies de Sejnane dont l'essor se poursuit sur la place artistique. Last but not least, un soutien pourra être apporté à ces artistes en mouvement dont les oeuvres croisent le geste du potier et les forêts de symboles tissées par les poètes.

Elles sont des découvertes surprenantes, des approches concrètes de l'art à la confluence des inspirations contemporaines et d'un legs immémorial.

Hatem BOURIAL