Les canaanites, les Arabes de la Palestine - Le Temps Tunisie
Tunis Samedi 20 Janvier 2018

Suivez-nous

Jan.
20
2018

La petite histoire d’Al Quds

Les canaanites, les Arabes de la Palestine

Samedi 9 Décembre 2017
نسخة للطباعة

La ville d'Al-Quds est d’une importance stratégique. D’une vue géopolitique, elle est "le cœur du monde musulman, géographiquement et religieusement", comme le décrit le savant de la géopolitique Djamal Hamdan dans son livre "le monde islamique aujourd'hui". Le lien est important entre cette ville et la civilisation musulmane. Le danger la menaçant, menace aussi le monde arabo-islamique.

 

Notons que la Palestine est un point de rencontre entre les trois continents Asie, Afrique et Europe. Un centre où les différentes cultures se mélangent. La Palestine se distingue par sa diversification géographique. La vallée, la montagne et le désert sont voisins. La Palestine était influencée par plusieurs civilisations. Al-Quds était, dès sa construction un lieu de pèlerinage.

 

Nous allons détailler la conquête islamique et puis résumer les étapes historiques suivantes jusqu'à l'époque coloniale et sioniste.

 

*La Palestine devint une partie de l'état islamique après la bataille d'Al-Yarmouque en l'an 13 hégire/633. Elle resta sous le califat islamique jusqu'en 1917.

 

*En 1099, la Palestine fut prise par les croisés. En 1187, elle revint aux musulmans. Puis, au vingtième siècle, elle fut envahie par les colons sionistes. Elle est encore sous le poids colonial.

 

*Avant la conquête arabo-islamique, les Arabes étaient déjà en Palestine et dans Al-Quds. Ce sont les Canaanites arabes qui, 3000 av. JC. construisirent la ville d'Al-Quds, d'après 'Arif Al-'Arif dans son livre "le détail de l'histoire d'Al-Quds".

 

Ainsi, plusieurs historiens arabes et étrangers relient la région de Croissant Fertile à l'Arabie. En effet, les Arabes connurent "la terre la plus proche", qui est la Palestine, au sud de la Syrie. Ils suivaient de près les guerres entre les Perses et les Byzantins. Les Arabes voyageaient vers Batrah, en Palestine leur grande station, avant de partir vers Damas et vers Gaza où Hachim, le grand-père du Prophète, (PBSL) y mouru.

 

Abdo Al-Lattif Al-Tibawi note, dans son livre "Al-Quds dans l'histoire des Arabes et de l'Islam", qu'Omro Bin Al-'Aass, un commerçant de la Mecque, connaissait le sud de la Palestine avant qu'il  ne soit le chef militaire islamique. 'Aaqil, un autre écrivain, décrivit en détail l'existence arabe dans le pays d'Al-Cham, la Syrie, avant l'Islam, et aussi, les relations entre le Prophète (PBSL) et les Arabes de ce pays.

 

Avant même la conquête islamique, Allah donna une position importante à Al-Quds. C'est de ce lieu que le prophète (PBSL) fut son ascension vers le ciel. Le prophète Mohammed (PBSL) fit de ce lieu la première mosquée, de son importance, après celle de la Mecque et de Médine.

 

Il prévit la conquête de "Bilad Al-Cham" et Al-Quds en décrivant leurs habitants de "al-mourabittoune", les résistants.

 

Le Prophète (PBSL) prépara le terrain pour la conquête de la Syrie et Al-Quds. Il effectua treize guerres contre les Byzantins dans cette région, dont la bataille de Mo'atah et celle de Tabouk. Sous la direction de Ousamah Bin Zaïd, le Prophète (PBSL) prépara une grande armée, mais mourut avant d'accomplir le but.

 

A l'époque du premier calife, Abou Bakr Al-Sidiq (radhi Allahou 'anhou), quatre armées partirent pour la conquête de la Syrie dont une spéciale pour la Palestine sous la direction d'Omar Bin Al-'Aass (radhi Allahou 'anhou).

 

Ce dernier réussit à conquérir la plupart des régions de la Palestine, dont Gaza, Naplouse, Yafa et Rafah. Al-Quds fut encerclé. A l'époque du deuxième calife Omar Bin Khattab (radhi Allahou 'anhou), trente cinq mille soldats musulmans s'orientèrent vers Al-Quds.

 

Après quatre mois d'encerclement, les habitants de la ville sortirent pour faire la paix, mais seulement en la présence du calife lui-même. En l'an 638, le calife Omar reçut les clés de la ville dans une grande fête. Puis, il visita l'église d'Al-Qiyama.

 

Le calife donna au patriarche Sfernyous le "Al-'Aoda Al-'Aomariah", pacte de non-agression : "C'est le sujet donné par le serviteur d'Allah, Omar le prince des croyants, aux habitants d'Ilaa, une assurance de la sécurité pour eux-mêmes, leurs biens, leurs églises et leurs croix. Leurs églises ne seront ni habitées ni détruites … Ils ne seront jamais obligés de quitter leur religion. Les juifs n'habiteront plus la ville d'Ilaa".