Toubel et Caïd Essebsi junior donnent l’exemple ! - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 10 Décembre 2017

Suivez-nous

Dec.
12
2017

La malédiction des enregistrements poursuit Nidaa Tounes :

Toubel et Caïd Essebsi junior donnent l’exemple !

Jeudi 7 Décembre 2017
نسخة للطباعة

L’affaire remonte à la semaine dernière lorsque les jeunes du mouvement de Nidaa Tounes ont mené une grande campagne contre le député Youssef Jouini et son fils ; un fils qui aurait un niveau très faible et qui aspirait à occuper le poste de délégué régional. Relevant l’absence totale de soutien de la part de ses collègues, Youssef Jouini a fini par désespérer et a présenté sa démission définitive du mouvement et de son bloc parlementaire. Toutefois, ce départ n’a rien arrangé à la situation et la campagne n’a fait qu’empirer.

C’est là qu’est intervenu le fils prodige, Aymen Jouini, qui, lors d’un passage télévisé diffusé sur la chaîne privée Hannibal, a expliqué qu’il n’a jamais demandé à obtenir de poste avant que Sofiene Toubel, président du bloc parlementaire de Nidaa Tounes, ne demande à son père, le député Jouini, de lui envoyer le curriculum vitæ du garçon pour le placer quelque part. Disposant de l’enregistrement en question, Aymen Jouini n’a eu aucun scrupule à le diffuser en direct à la télévision ; au cours de l’enregistrement, on entend Sofiene Toubel, essoufflé et pressé, demander à Youssef Jouini – après lui avoir précisé qu’il rentrait tout juste du Khartoum – de lui envoyer le CV de son fils parce que ‘‘Hafedh va le placer au poste de délégué de Mnihla’’.

A l’image de l’autre enregistrement fuité de la fameuse réunion de Nidaa Tounes – où l’opinion publique découvrit, avec grande amertume, le niveau de débat des dirigeants du mouvement – ce nouvel épisode de la trilogie n’a pas manqué de susciter l’attention de l’opinion publique qui, pour cette fois, a réagi avec beaucoup d’humour ; au lieu de s’indigner de leur sort, les internautes ont choisi de traiter avec cette situation désespérante avec beaucoup d’humour. 

Ainsi, la messagerie privée de Sofiene Toubel a été bombardée par des CV et des demandes de placement pour des postes allant de délégués aux gouverneurs ou encore secrétaire d’Etat. Radios, journaux et même quelques plateaux télévisés se sont prêtés au jeu et les deux intéressés se sont retrouvés dans le statut du parfait petit politicien ridicule et opportuniste.

Cependant, et à la surprise générale, Sofiene Toubel a décidé, cette fois, de jouer le jeu et de briser le silence ; enchaînant les interviews télévisées et radiophoniques, le président du bloc parlementaire de Nidaa Tounes a tout d’abord tenu à expliquer que le contenu de l’enregistrement de sa communication avec Youssef Jouini ne contenait aucune bizarrerie tout en insistant sur le fait qu’Aymen Jouini détenait des responsabilités au sein de Nidaa Tounes ce que ferait de lui un candidat potentiel pour ce genre de poste ; un candidat non parachuté, partisan et fils d’un député !

Peut-être qu’au fond, Sofiene Toubel est tout à fait en droit de ne pas s’émouvoir d’un incident pareil, lui qui œuvre au sein d’un mouvement dont les mots-clés sont devenus népotisme, clientélisme et opportunisme. Un mouvement qui, après avoir accompli des miracles, se retrouve aujourd’hui otage d’un petit clan présidé par un autre fils, celui du président de la République. Avec l’appui de Sofiene Toubel, de Borhen Bssaies ou encore de Wissem Saïd, Caïd Essebsi junior a réussi, contrairement au fils de Youssef Jouini, à se trouver une place sur les devants de la scène politique et médiatique. Une place payée fort par non seulement les électeurs et les militants du Nidaa, mais par tout le pays qui, à cause de ces gamineries, se retrouve, de plus en plus, plus prêt du gouffre.

Salma BOURAOUI