Affaires étrangères: “La diplomatie tunisienne n’obéit qu’aux intérêts de la Nation” - Le Temps Tunisie
Tunis Samedi 20 Janvier 2018

Suivez-nous

Jan.
21
2018

Affaires étrangères

Affaires étrangères: “La diplomatie tunisienne n’obéit qu’aux intérêts de la Nation”

Dimanche 26 Novembre 2017
نسخة للطباعة
Affaires étrangères: “La diplomatie tunisienne n’obéit qu’aux intérêts de la Nation”

L'Assemblée des représentants du peuple (ARP) a adopté vendredi, en plénière, le projet de budget du ministère des Affaires étrangères pour l’exercice 2018 avec une majorité de 138 voix pour, 14 oppositions et 4 abstentions.

Le budget du département s'élève à 211,324 millions de dinars (MD), entre dépenses de gestion, dépenses de développement et budgets annexes.

En réponse aux interrogations des députés, le ministre des affaires étrangères (AE), Khemaïes Jhinaoui a affirmé que "la politique étrangère de la Tunisie n'obéit pas à des slogans et des idéologies mais plutôt aux intérêts de la nation".

Ces intérêts, a-t-il expliqué, s’appuient sur trois principaux objectifs : servir la jeunesse tunisienne dont les diplômés en quête d'emplois, développer les régions intérieures, sécuriser le pays et renforcer ses capacités sécuritaires et militaires.

"La Tunisie définit sa position en toute indépendance et n’appartient à aucun axe", a tenu à préciser Jhinaoui en réponse aux critiques des députés sur l’adhésion de la Tunisie à des axes régionaux, à l’instar de la Coalition arabe conduite par le Royaume d’Arabie Saoudite.

"Depuis 2011, la diplomatie tunisienne n’a de crédo que l’impulsion du processus de construction de notre démocratie naissante ", a-t-il souligné.

Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères a mis l’accent sur l’importance de la diplomatie économique qui, a-t-il dit, est devenue un " pilier de l'action diplomatique en Tunisie ".

"La diplomatie économique qui n’était auparavant qu’un slogan s’appuie aujourd’hui sur une politique à part entière", a-t-il ajouté, annonçant, à ce propos, la prochaine création d’un Secrétariat d’Etat à la diplomatie économique.