L’Egypte au cœur… - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 19 Janvier 2018

Suivez-nous

Jan.
20
2018

Chronique

L’Egypte au cœur…

Dimanche 26 Novembre 2017
نسخة للطباعة

Une hécatombe… Un carnage horrible qui a pris pour cible les fidèles d’une mosquée dans le nord du Sinaï, avec l’objectif évident de n’épargner personne, et de frapper très fort…  Afin que le pays du Nil, l’Egypte entière en tremble jusque dans ses fondements. 

Un coup dur pour le pays, qui en a vu d’autres, hélas, depuis l’avènement des fameux «printemps arabes» de tous les désespoirs, mais qui vient d’être sérieusement ébranlé par cet attentat, horriblement sanguinaire, qui aura causé au minimum, quelque deux cent morts jusqu’ici, et des blessés qu’on ne compte plus tellement le bilan est lourd. 

Un choc. Une secousse sismique d’une telle ampleur qu’il est difficile d’imaginer, à partir d’avant-hier vendredi, qu’il puisse y a voir relâche en Egypte, avant que les auteurs de l’attentat, et tous les terroristes du même acabit, ne soient éliminés l’un après l’autre.

Définitivement. Daech et toutes leurs «éminences grises» se sont fourvoyés, cette fois-ci, en sous-estimant les forces d’un pays, qui compte à son actif l’une des armées les plus puissantes au monde. Ainsi que des «Renseignements» qui sont susceptibles de remonter les bretelles à n’importe quelle «Intelligence» patentée qui voudrait les tourner en bourrique. Mossad y compris. Lequel adore botter en touche et affectionne, ô combien, ce genre de procédés, destinés à retourner un pays, dans tous les sens, en s’arrangeant pour faire porter le chapeau par tous ceux, manipulables à merci, corvéables à merci aussi, qui prêtent le flanc, et croient être maîtres de leurs desseins, en actionnant le détonateur lorsqu’il est déjà programmé à distance. 

Il est clair que le «jeu» est tout autant complexe que sale. Et que la vie humaine ne vaut rien, mais alors rien devant certains intérêts en jeu dans une région, où n’importe quelle étincelle peut allumer un brasier, qu’il est, par la suite, difficile d’éteindre facilement, à moins d’y laisser plus que des plumes. Dans le collimateur : l’Egypte. 

Une Egypte frappée au cœur mais qui réagit au quart du tour. Tout simplement parce que les Egyptiens ont cela de spécifique, et qu’on ne leur ôtera pas, d’arracher, même avec les dents, la victoire, face à leur ennemi potentiel, lorsqu’il se sera hasardé à vouloir mettre en berne leur drapeau. Elle en sortira victorieuse…

Samia HARRAR

Mots-clés: