« Les supporters sont les premiers à payer les pots cassés » - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 19 Octobre 2018

Suivez-nous

Oct.
20
2018

CA: Simone, après son limogeage :

« Les supporters sont les premiers à payer les pots cassés »

Samedi 25 Novembre 2017
نسخة للطباعة
• Kolsi et Tiouiri assurent l’intérim !

Simone n’étant plus l’entraîneur du Club Africain, c’est le duo Kolsi/Tiouiri qui se chargera de l’équipe senior en attendant de trouver un successeur à l’Italien. Kamel Kolsi et Hmida Tiouiri se chargeront des destinées techniques des seniors pour les matches à venir, à commencer par le match de demain face au Stade Gabésien. Ça sera à partir de 14h et à huis-clos. Les deux techniciens ont commencé leur travail hier et menèrent leur première séance à Radès. Notons que les deux techniciens compteront sur l’apport de deux ^réparateurs ^physiques, à savoir SocrateBarakati et Boubaker Hannachi.

Simone n’a pas tout dit

Simone s’en va, mais il n’est pas prêt de concéder quoi que ce soit. Du moins, il n’est pas prêt de quitter le banc clubiste les mains vides. En outre, sur les ondes d’une radio privée, il a laissé entendre qu’il n’a pas tout dit et qu’il le fera en temps opportun : « les supporters doivent être déçus par ce qui se passe au Club Africain, mais ils doivent savoir qu’on leur raconte tout et n’importe quoi. Ils reçoivent des informations qui ne sont pas justes. Les supporters sont les premiers à payer les pots cassés et à subir. Je tiens à dire qu’ils méritent mieux que ça, mieux que beaucoup de gens qui rôdent au tour du club. Il faut savoir qu’il y a un temps pour tout. Sinon, je suis sous contrat et si les responsables ont décidé de m’écarter, je dois accepter. Ce même comité à des obligations envers ma personne. J’ai honoré ma part depuis le premier jour même dans les moments les plus difficiles, malgré la pression qui pèse sur le club. Maintenant, c’est à eux d’honorer la leur. Je n’ai obligé personne à me proposer un contrat, à me faire venir au Club Africain. J’ai signé un contrat de deux ans qu’on a voulu écourter après seulement six journées. Comme je l’ai déjà déclaré, je n’ai pas l’intention d’exiger d’être payé sur la base de deux ans de contrat par respect au public, mais il ne faut pas non plus exagérer. Il y a toujours un équilibre dans les choses ». 

Ce sont les propos de l’Italien qu’on a pu écouter sur les ondes d’une radio privée. Et ils sont clairs : il n’a pas l’intention de rentrer bredouille au pays sur le double sportif et économique.

Mourad AYARI