Un match insipide, un public versatile ! - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 26 Avril 2018

Suivez-nous

Apr.
27
2018

L’ESS, difficilement face au ST (1-0)

Un match insipide, un public versatile !

Jeudi 23 Novembre 2017
نسخة للطباعة

Dans un  match    les présents  au stade olympique de Sousse, ont  plus  entendu que  vu surtout  en première période (le public n’a nullement  ménagé  ses  joueurs  et  encore moins son président), L’Etoile sûrement   blessée  après   sa défaite  de Kairouan,  a eu beaucoup de peine  pour  venir à bout  d’une  équipe stadiste, courageuse certes mais  pas téméraire. Au jeu haché, aux déchets  techniques  de part et d’autres d’ailleurs,  les « Bardolais »  ont  joué  « la  défense à outrance »  avec des  actions de contres rapides  qui ont  failli surprendre  les  locaux, dont  certains  éléments  ont été  momentanément  écartés du « onze titulaire ». Contrairement   à ses prédécesseurs, Ali Boumenijel en  charge du  groupe, a eu l’audace  à  lancer  des jeunes  forts prometteurs  pleins de talents, Comme quoi…. !  Bref,  les étoilés non sans mal  parviennent en fin de match à remporter la victoire par un petit but inscrit par Acosta. A Trois minutes du coup de sifflet final, l’égyptien  Maraï  après avoir  effacé le  gardien  et un défenseur  rata lamentablement la  cage.      

«Un match  difficile  compte-tenu du  contexte du moment. Craintifs  et gagnés par   le doute, et surtout   nullement  ménagés par un public  hostile , les  joueurs  ont  mis  du mal à  rentrer dans le match. Pour autant  nous avons vu  de belles  choses, notamment en  seconde mi-temps, où,  libérés,  les  joueurs  ont donné le  meilleur d’eux-mêmes. 

De  belles actions offensives, grâce  à la finesse dans la  technique des  jeunes  comme Amri, Zekri  et Chermiti  » a déclaré Ali Boumnijel , après le match

On s’en  doutait  bien que pour  sa  première  sortie avec l’équipe étoilée, Ali  Boumenijel n’aura pas, non plus, « la  partie belle »  dans « un contexte  particulièrement hostile aux joueurs et  aux dirigeants ». Prenant  bien en considération  cet aspect,  le coach du moment  de l’Etoile  n’a pas hésité  à revoir  la formation rentrante pour redonner  un nouvel élan  à l’équipe et faire passer  la défaite  à Kairouan. Plus  d’un élément  titulaire  auparavant ont été  soit provisoirement  écartés  soit  mis sur le  banc des remplaçants.  De fait,  n’eut été  la bande de faux supporters, voire « d’énergumènes »  qui  ont investi le côté  virage du  stade  Olympique  avec  l’idée  d’attaquer, d’insulter joueurs et président  avant  le coup d’envoi  même  de la rencontre, les  choses se seraient passées  autrement et le match  connaitre une autre physionomie. Pour autant  et après un moment de flottement  les étoilés  parviennent  certes à  prendre l’initiative  du  jeu mais  sans  mettre  réellement  en danger le gardien stadiste sauf  vers  les toutes dernières  minutes de la première période.  . Le but  inscrit  par le brésilien  Acosta   à un quart  d’heure de la fin du match, libéra  totalement  l’équipe sahélienne. Dés  cet  instant  et au coup de sifflet  final  de l’arbitre, pour le staff technique et  les  joueurs,  « un autre  match  commença »  (dixit  Boumenijel ), allusion  faite au  prochain classique  de dimanche  ESS-EST. Mais  cela est  une autre histoire.

ST : Besoin de  sagesse et de  sérénité. 

«Si le résultat  ne reflète  pas  nécessairement  la valeur d’une équipe, force est d’admettre que nous  avons   manqué de meilleure prise  sur le match. L’entrejeu  de l’Etoile  avec son métier et ses  joueurs,  ne nous a pas facilité la tâche surtout quand   on joue sans aucun récupérateur. Il n’empêche  qu’au vu de la seconde  mi-temps,  mes joueurs  n’ont pas été  ridicules  face  à l’ESS,  blessée certes, mais  bien  entreprenante » a signalé l’entraineur du ST, Mohamed Kouki

Que s’est-il passé  après  le match  pour que  le public  stadiste qui a pris  la peine de se déplacer   jusqu’à Sousse pour soutenir  son équipe  s’en prenne  au coach Kouki allant jusqu’à l’insulter ? Apparemment rien.  Pour autant,  le coach des « Rouges et Verts », n’a pas  mâché ses  mots  pour  faire  comprendre qu’il  n’hésiterait  pas  au besoin à claquer  la porte si  la sagesse et  la sérénité  ne gagnent pas  le camp des supporters et  certains   groupuscules mal- intentionnés.  C’est  que  « l’objectif  du club à son retour  en Ligue  c’est d’assurer le maintien   en se positionnant au milieu du  tableau (7ième et 9ième place) » dira  Kouki, ajoutant au  passage, «  je  pense qu’il est  prématuré  voire  incongrue de dresser  le bilan  d’une équipe au  tiers de la compétition ». De fait,  entonnera le coach stadiste «  jusque-là  certes  on  a  perdu à domicile  quelques  points mais on en gagné 6 à l’extérieur , est-ce pour autant  qu’il  faut  tout  détruire ce qui a été  construit ? »  se  demanda  Mohamed Kouki,  désabusé  néanmoins   serein  pour la  suite de la  compétition.  

Comportement incompréhensible du  public  étoilé 

Le public  venu à l’occasion du match ESS-ST, n’était  pas  celui  des  grands  jours  certes  (à peine3 à 4 mille  spectateurs), mais  suffisamment  nombreux  pour  faire  entendre  sa voix,  sa colère,  voire  ses insultes  malsaines et « nauséabondes ».  Ce public là  nous rappelle   curieusement  une autre époque, ce  sont  les mêmes  ou presque  groupuscules  qui  ont conspué  dans un passé pas très lointain , un certain  Moez  Driss  alors que  l’équipe   venait de rentrer  du Japon après avoir  participé pour la  première fois  de son histoire  à une Coupe du Monde des clubs,  à la  suite de son sacre  africain en 2007 . C’est  encore  celui-là même  qui a conspué  Hafedh Hmayed  lorsqu’il étai aux  commandes du club, et  organisé  un sit-in  devant le local  pour l’empêcher  de remplir   sa mission. Bref,  la  versatilité  du  public  étoilé  est  telle que  ce même  public  oublie  aussi  bizarrement  que  de tous  ses  anciens  présidents, seul l’actuel  président Ridha Charfeddine  qui a  osé dire que « L’Etoile est  la propriété  de son peuple et  guère celle d’un clan ou d’une famille ». Ce public a-t-il  la mémoire si courte  pour  oublier que  dans le passé  récent lorsque le club  était  au bord du  précipice justement  seul  Ridha   Charfeddine a donné de sa personne et …de sa poche  pour  renflouer  les caisses et   assurer l’existence du club ?  Il faut rendre  à César ce qui appartient  à César. Alors !  Ce public  étoilé  ne doit  pas  se tromper d’ennemi.  Le danger  souvent  vient de l’intérieur  et  non d’en face. De   grâce,  n’insultez pas  autant  les  joueurs,  et surtout  les responsables   car en l’absence d’hypothétiques  et éventuels  généreux donateurs  de l’ESS seul  pour le moment  Charfeddine  s’aventure  à tenir à bout de bras  l’Etoile. Même si  pour reprendre l’adage selon lequel « Quand  les  hommes ,  les  institutions  demeurent »,  force  est d’admettre  que s’évertuer  à  insulter  joueurs et président   cela ne  fera  pas changer  grand-chose  à l’actuelle situation de l’équipe  qui aura  dans  quelques  jours  à  affronter  l’actuel leader de la Ligue 1, l’EST,   n’est ce pas  ce dernier  le  vrai concurrent  à  cette équipe de l’ESS ? 

Sadok SLIMANE

Mots-clés: