"Les femmes et le terrorisme" de Amel Garmi et Monia Arfaoui... une analyse académique et médiatique du phénomène du terrorisme féminin - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 21 Octobre 2018

Suivez-nous

Oct.
23
2018

Bruits et chuchotements

"Les femmes et le terrorisme" de Amel Garmi et Monia Arfaoui... une analyse académique et médiatique du phénomène du terrorisme féminin

Jeudi 23 Novembre 2017
نسخة للطباعة

Le phénomène du terrorisme et sa relation avec les femmes, tel est le thème d'une recherche de l'écrivaine Amel Garmi et la journaliste Monia Arfaoui publiée dans un nouveau ouvrage intitulé "Les femmes et le terrorisme" édité par la maison "masciliana" pour l'édition et la distribution.

Présenté mardi au siège du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT), le livre traite de la relation entre terrorisme et les femmes selon une perspective académique et médiatique.

Dans sa présentation du livre, Amel Garmi a indiqué que la co-écriture était pour elle une expérience riche et originale, soulignant, à ce sujet, que pour les besoins de la recherche, un travail de collecte et d'analyse des archives médiatiques qui ont foisonné fin 2011 autour de l'adhésion des femmes dans des organisations terroristes ou à travers la nature de leur relation avec les hommes terroristes appartenant dans leur environnement familial, a été nécessaire.

De son côté, Monia Arfaoui a fait savoir que le portrait des terroristes maghrébines est le résultat d'une étude de terrain autour de la relation entre la famille et le terrorisme.

Parlant de sa rencontre avec ces femmes, Arfaoui a révélé que la collecte des données et des témoignages s'est effectuée sur la base de la neutralité et l'objectivité afin de permettre au lecteur de comprendre le phénomène du terrorisme et la problématique de son enracinement dans la société tunisienne. 

Le livre "Les femmes et le terrorisme" est une étude de genre sur le phénomène du terrorisme s'articulant sur 7 chapitres autour du terrorisme et genre, le rôle des filles et des femmes, étude de portraits de femmes maghrébines terroristes, le terrorisme et la construction identitaire.

 

"The last of us" d'Ala Eddine Slim, meilleur long métrage de fiction au Festival des Cinémas d'Afrique du Pays d'Apt

 

Le film "The last of us" d’Ala Eddine Slim vient d'être consacré meilleur long métrage de fiction par le jury lycéens longs métrages de la 15ème édition du Festival des Cinémas d’Afrique du Pays d’Apt (FCAPA) qui s'est tenue du 10 au 17 novembre 2017. Lors de cette édition, le cinéma tunisien a été présent dans les trois catégories du festival avec huit films en tout. 

Dans la catégorie des longs métrages de fiction étaient en lice 17 films dont trois de la Tunisie en l'occurrence "La belle et la meute" de Kaouther Ben Hania, "Vent du nord" de Walid Mattar et "The last of us" d'Ala Eddine Slim, un film choisi par le Centre national du cinéma et de l’image (CNCI) pour représenter la Tunisie à la 90ème édition des Oscars qui se tiendra le 8 mars 2018, à Los Angeles. 

Dans la catégorie des longs métrages de fiction, un seul film tunisien a été sélectionné à savoir "Zaineb n'aime pas la neige" de Kaouter Ben Hania. Pour les films courts, le cinéma tunisien a participé avec quatre oeuvres en l'occurrence "Foyer" d'Ismail Bahri, "Le reste de l'oeuvre de l'homme" de Doria Achour, "Aya" de Moufida Fedhila et "Coincé" de Jamil Najjar.

Le long-métrage primé "The las of us" raconte l’histoire d'un jeune subsaharien qui traverse le désert pour rejoindre le nord de l’Afrique afin d’effectuer un passage clandestin en Europe. Victime d’un braquage, il se retrouve livré à lui-même en Tunisie... Dépouillé de tout, il vit une traversée spéciale et unique, en parcourant des espaces différents et infinis, et en faisant des rencontres intenses et éphémères ...

 

Tunis, Capitale de la Culture Islamique pour 2019

 

La ville de Tunis a été choisie Capitale de la Culture Islamique pour 2019, suite à une décision de la 10ème conférence islamique des ministres de la culture, tenue, mardi, dans la capitale soudanaise Khartoum, en présence des ministres des affaires culturels des pays membres de l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI), et des experts internationaux travaillant dans le domaine culturel.

A cette occasion, le ministre des Affaires Culturelles Mohammed Zine El Abidine a souligné qu'une "attention particulière sera accordée à cette 10ème session qui se déroule dans une période où le monde musulman exige une coopération plus forte entre les pays et les gouvernements pour la mise en application d'une stratégie culturelle du monde musulman axée sur le développement et la lutte contre le terrorisme".

Il a mis l'accent sur l'importance d'accorder à la culture un rôle essentiel afin qu'elle soit une "source d'impulsion pour le développement et un rempart contre l'extrémisme et le terrorisme", soutenant, à cet égard, que la culture reste un moyen nécessaire pour la diffusion des principes de citoyenneté, de dialogue interculturel et de paix.

Sur le thème "Pour un développement culturel durable des villes de l’avenir dans le monde islamique", la 10ème Conférence islamique est organisée par l’Organisation islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ISESCO) en partenariat avec le ministère de la Culture de la République du Soudan et en coordination avec l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI).

 

La conférence examinera, lors de cette session, le "Projet de document sur les lignes directrices concernant la culture et la ville", le "Projet d’Etude d’orientation sur les indicateurs culturels du développement", le "Projet de Déclaration islamique sur la protection du patrimoine culturel dans le monde islamique" et le "Projet de version amendée de la Stratégie culturelle pour le monde islamique".