Dardouri balance l’ardoise… - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 14 Juin 2018

Suivez-nous

Jun.
19
2018

Chronique

Dardouri balance l’ardoise…

Mercredi 22 Novembre 2017
نسخة للطباعة

Et elle est assez chargée. Lourde ? Il faudra pourtant payer la facture… A moins que ces messieurs-dames d’Ennahdha, tous comme leurs dignes représentants à l’ARP, qui ont préféré faire profil bas avant-hier, en choisissant de se retirer de l’Assemblée, après les accusations, de surcroît corroborées par des preuves, de Issam Dardouri, sur l’implication du parti éponyme, dans le recrutement, et l’envoi des jeunes vers le djihad, en Syrie, en Irak et en Libye, et autres hauts faits d’armes qui n’auront pas contribué pour peu, à la propagation de la peste terroriste intra-muros, et de la radicalisation des prévenus dans des prisons, ayant eu toutes latitudes sous le gouvernement Larayedh, d’accueillir un prédicateur salafiste- radical, pour prêcher la « bonne parole » en toute quiétude, afin de baliser le terrain devant ce qui allait suivre. 

Un document, par ailleurs dûment paraphé par le ministre de la Justice de l’époque : Noureddine Bhiri, atteste fortement, si besoin est, la complicité du parti islamiste qui se prétend aujourd’hui, réformateur et moderniste, dans le jeu sale financé par certaines monarchies du Golfe, complices de l’immense travail de sape dans la région. 

Issam Dardouri aurait-il perdu les pédales ? Non. Mais ce qui est certain par contre, c’est que les députés d’Ennahdha n’en menaient pas large. Voilà pourquoi ils ont préféré se retirer, en attendant d’ourdir une nouvelle stratégie de défense, qui devra être assez culottée pour parvenir à réfuter en bloc, toutes les accusations. Faire disparaitre les preuves, par exemple, ça les connaît assez. Voir plus si affinités. Pourtant, dans le paysage, contrairement à ce qu’ils pourraient laisser croire, leur crédibilité –s’il en est- en a pris un sacré coup. Et cela ne date pas d’hier. 

Il est vrai qu’ils sont suffisamment structurés pour pouvoir tenir tête, avec un aplomb extraordinaire, à toutes les accusations. Ils ont la rhétorique pour, et surtout les moyens. Car, dans leur logique, tout le monde est à vendre mais chacun a un prix. L’avenir nous dira s’ils ont raison ou tort. Mais pour salée qu’elle soit, ils payeront la facture…

Samia HARRAR