Le Bhangra pour la fête des lumières - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 16 Janvier 2018

Suivez-nous

Jan.
16
2018

Célébration: Diwali Festival à Tunis

Le Bhangra pour la fête des lumières

Samedi 18 Novembre 2017
نسخة للطباعة

C’est parait-il,  la fête hindoue la plus joyeuse,  célébrée en Inde et par ses Communautés dans le monde entier ; une fête qui glorifie le retour de Rama dans son royaume avec sa femme Sita. Des milliers de petites lampes illuminent les rues et les bâtiments pour indiquer le chemin à Rama qui rentre d’exil après sa victoire sur le démon Ravana, une légende  symbolisant ainsi la victoire du bien sur le mal.

 

Pour nous  faire partager cette fête insolite, l’ambassade de l’Inde à Tunis, vient d’organiser  (le 9 novembre) dans l’un des hôtels de la banlieue nord,   une soirée    aux couleurs du  « Bhangra » ;  un style de musique et de danse indienne provenant de la région du Pendjab au nord ouest de l’Inde,  pour célébrer des  cérémonies importantes, telles que la moisson et  les mariages,  accompagnées par le chant  et le battement du tambour. Ce style a connu un renouveau et un regain d’intérêt au cours des dernières années  dans la mesure où les arrangements traditionnels intègrent souvent et de plus en plus,  des styles musicaux  contemporains comme le reggae, le rai,  la techno, la house music ou  le rap.  
La soirée « Diwali »  organisée à l’occasion, a été animée par un groupe   d’artistes aux costumes multicolores, (dont les fameux saris pour les femmes et les turbans pour les hommes),  qui  ont présenté de jolis  tableaux d’arts traditionnels, comme la «  Gidha »,  une danse célèbre au Pendjab,  exécutée exclusivement par des femmes dans   les cérémonies de mariages  et  où la gestuelle féminine qui est la plus ancienne forme de communication,  reste au cœur de la danse indienne.
Basée sur les mouvements subtils du corps et des pieds et les expressions du visage,  la « Gidha » est  conçue pour la dévotion et la grâce.
Autre tableau, autres rythmes, le « Jhumer » ou la danse des moissons ; quand  les gens se réunissent autour  de la rivière  et effectuent des mouvements  rythmiques sur les airs de divers folklores. Et,  cerise sur le gâteau, l’assistance a été agréablement surprise par l’interprétation d’une   danse  sur les rythmes entraînants de la chanson de Saber Rebai, « Barcha Barcha », en signe d’hommage à la Tunisie…  C’était tout simplement,  beau et magique !
Le succès à Tunis  de la soirée « Diwali »   en dit long sur la diversité  d’une nation  où toutes les formes de danse folklorique représentent une expression de la vie.

Sayda BEN ZINEB