“Il est risqué de changer un entraîneur en pleine saison” - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 23 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
24
2018

Point de presse de Ridha Charfeddine

“Il est risqué de changer un entraîneur en pleine saison”

Vendredi 17 Novembre 2017
نسخة للطباعة

 Tant  attendue après toute la tourmente  qu’a connu le club sahélien  ces  dernières  semaines,  cette conférence  de presse a eu lieu finalement la  veille de reprise de la  compétition locale. C’est  le moment  choisi par  le  président  étoilé   pour s’adresser au public, occasion   du reste  également propice   pour  présenter  à la fois  le nouveau  président  de la section  football, Medhi  Laâdjimi, un transfuge de la section Basket-ball Du club  (La « budgétivore »  section de football exige  rigueur et doigté), et le nouveau  entraineur adjoint,  l’ancien  international  Ali Boumenijel  qui a fait  ses  preuves  aussi  bien en Chine (pour seconder le sélectionneur national M. Lippi)  que dans les  pays  du Golfe  en  côtoyant  des  noms comme  Perrin, Marchand, Gérard Gilli. Bref, tous  deux  appelés  à  combler le vide  laissé après  le limogeage  de H. Jenayeh, Z. Jaziri, R. Jeddi, S. Ghezal et  surtout le désistement de Jalel Krifa  de la présidence de la section football.  

Le président  étoilé   débutera  sa conférence de presse en déclarant  d’emblé «  comme promis  après  mes  contacts  à tous les  niveaux, je rendrais  compte de mes tractations aux médias et  au public ». De fait  poursuit Ridha  Charfeddine  « après  évaluation  de la situation  si  la responsabilité  est  à imputer  aux  différentes  parties  en  charge de  cette section ». « Mais  il faut  faire la part des choses. Les  responsables  de l’époque  ne pouvaient se dédouaner   de toute  implication dans  cette déroute, ma réaction  n’a pas  tardé  pour limoger  le directeur exécutif  et le directeur sportif  qui doivent  assumer  la responsabilité de l’échec  de leur  gestion. Le Comité Directeur  a fourni   tous les  moyens  nécessaires (9 millions de DT  entre  juin et octobre 2017  recrutement de Maraî,Konaté  etc…)  pour  faire  un bon parcours en Ligue des Champions, en réalité  c’est un investissement   sachant que  les  retombées d’un titre africain  et  une participation  à la CM  des clubs  couvrirait  largement  l’investissement  engagé, vous comprenez   dés lors  la  colère  du public  et  même  du   président  qui a tant investi dans  ce projet. Aussi,  les  responsables  doivent  assumer  leurs fautes dans  la  gestion de la  section  surtout qu’ils  n’ont pas  joué la carte de la  transparence ». 

Agir  avec sagesse   

Alors  pourquoi  limoger  un responsable  et pas  l’entraineur  puisque sa responsabilité   est  également  bien réelle ?    le président   étoilé  s’est voulu  rassurant et  convaincant  à la fois  pour ajouter «  Comment   peut-il en être autrement et dans les  circonstances exceptionnelles que  vit le club  pour se débarrasser  d’un entraineur  qui    connait le groupe et    il a été  établi  qu’il n’était pas antérieurement  maitre de la situation ? De ce constat  il ressort qu’un autre  entraineur  n’aura pas suffisamment  ni  le temps  nécessaire  pour s’adapter  et encore  moins la capacité  pour  passer sans encombres  les  neufs matchs qui  nous attendent  durant  les mois et demi  qui reste  dans la phase  aller. Avec  l’aide de  Zoubeir  Beya  et son comité d’anciens  joueurs,  il a été décidé  de rappeler  au coach Velud  que contrairement   aux autres  membres  du staff  technique qu’il bénéficierait  de circonstances  atténuantes  en quelques  sorte pour  pouvoir passer cette étape difficile, le CD  reste  au  demeurant  maître  et attentif  aux développements  de la prochaine  étape ».

 

Il faut penser à l’avenir     

Le président  de l’ESS   qui s’est prêté  aux  questions des médias  n’a pas  hésité  de rappeler que  « le moment  est venu  pour  tourner la page de certaines  pratiques  antérieures  qui  ont nui  beaucoup  à l’image et à la bonne marche du club. Du coup,  à l’instar du comité de recrutement (avis consultatif  et décision collégial),  le chapitre  financier et juridique de la section   seront  gérés  par  des  comités  également. Chose  qui sera  dupliqué  pour les  autres  sections des sports de salle » « Ce qui m’intéresse  à terme  dira  Charfeddine, c’est  la  pérennité  du  club  importe peu les  noms  dans la mesure    chacun  est sensé  apporter  sa juste et honnête  contribution » « Je ne prétends  pas détenir  la vérité  mais  je me dois  en tant que responsable  agir  conformément aux  principes et aux  valeurs  qui  ont  toujours  guidés ce club ». Evoquant  la situation des  joueurs  après  Alexandrie,  le président étoilé  n’a pas  mâcher ses  mots  pour dire « que nous  avons  rappeler aux joueurs  que s’ils ont  certes des  droits  ils ont également  des  devoirs et compte de ce s’est  produit en Egypte, ils  ont  devant eux  un mois et demi de  rendez-vous aussi  important les  uns que les autres pour se racheter  et  faire  bonne  figure, désormais  pour le  CD , les  devoirs  des joueurs   vis-à-vis du public et du  club  sont  plus importants que  leurs droits ». Et Charfeddine d’ajouter «  comme je l’ai promis  aucune partie prenante dans cette déroute  mal vécue par tous  n’échappera  pour  rendre  compte de ses  agissements » 

Des  choix  bien étudiés 

A propos  du nouveau  responsable de la section football, Mehdi Laâdjimi, il dira que «  M.Laâdjimi  est  l’enfant du club   qui a fait ses classes  dans une autre  section où  il a bien  travailler  en donnant pleine satisfaction, là également  des noms  nous ont été proposés  et  en concertation avec le CD  nous  avons  choisi  Mehdi  qui connait les rouages du club » Même   démarche  pour le choix  Ali Boumenijel  qui a reçu  l’aval du coach  en ce sens, de notre  part  nous ne pouvons  les  qualités de professionnalisme de Boumenijel  qui  apportera  j’en suis convaincu son expérience  au service de l’équipe».

Sadok SLIMANE

Mots-clés: