Quand Houda Ajili revisite la médina - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 20 Juillet 2018

Suivez-nous

Jul.
20
2018

Maison des Arts

Quand Houda Ajili revisite la médina

Mercredi 15 Novembre 2017
نسخة للطباعة

La nouvelle collection de Houda Ajili est une véritable entreprise de démolition des clichés qui dominent dans la représentation des médinas. Instituant un univers gai, libre et fantaisiste, l'artiste travaille en profondeur sur le sens et rénove notre regard sur une médina désormais exubérante et peuplée de figures mythiques...

La Maison des Arts du Belvédère accueillera du 17 novembre au 3 décembre l'exposition "Il était une fois la médina" de Houda Ajili. Organisée sous le patronage du ministère des Affaires culturelles, cette exposition est née du travail de l'artiste et du soutien de la Caisse de l'aide à la création littéraire et artistique. Houda Ajili y déploie une médina rêvée, revue à l'aune du pop art et revisitée à travers de surprenants détournements et des hiatus ravageurs.

Pop Art, hiatus, télescopages  et détournements

Résolument, Houda Ajili installe son projet plastique dans des couleurs vives, sublimées grâce aux techniques mixtes qu'elle met en oeuvre et à des tonalités "flashy" qui jaillissent dans toute leur exubérance. Car, ce qui frappe de prime abord dans cette médina revisitée, ce sont bien les couleurs qui interpellent le regard et semblent instituer une continuité warholienne dans le geste de l'artiste. Des strates de lumières, des bandes de couleurs alternent et créent une atmosphère ruisselante de références et, surtout, instituent une médina à nulle autre pareille. 

Avec un saut dans le temps, resurgissent bien des images avec lesquelles Houda Ajili institue une rupture et un décalage. Ainsi, nous sommes bien loin des figuratifs qui s'évertuent à reproduire le réel ou bien des abstraits qui, à l'image de Néjib Belkhodja, déconstruisaient les formes pour poser leur dispositif plastique. Nous sommes tout aussi éloignés du travail de certains artistes naïfs voire de quelques ténors de l'Ecole de Tunis. En effet, tout dans le travail de Ajili est transgression et détricotage des conventions établies. En fait, cette artiste opère une sorte de révolution copernicienne dans notre manière d'aborder et peindre la médina. Bouleversant les codes, dépassant les regards antérieurs; Ajili recrée un univers proche du "cartoon", du pop art et des artistes chromatistes du vingtième siècle.

Xe faisant, Houda Ajili procède en profondeur. En d'autres termes, elle pense sa peinture et retrouve sa propre dimension de philosophe de l'art, spécialisée dans les questions esthétiques. Peintre, ressortissante de l'Ecole des Beaux-Arts, l'artiste retrouve ici sa casquette de philosophe et semble questionner la vanité de toute expression en multipliant les ruptures, les télescopages et les détournements. Ses passages à la Cité des Arts de Paris, sa connaissance des traditions picturales et des mouvements qui les ont contestées permettent à Houda Ajili de construire un véritable monde propre, déployer une vision très personnelle de la médina.

Une démarche artistique doublement iconoclaste

De fait, il s'agit dans cette exposition d'une narration qui raconte la médina sous le prisme d'une Alice émerveillée qui chercherait son chemin dans une cité éberluée où apparaissent ici et là des figures mythiques. Ainsi, Houda Ajili envisage d'injecter du mythe dans le mythe tout en créant des ondes de sens. Quel peut être le sens d'un Mandela ou d'une Lady Gaga sublimement égarés dans notre médina de Tunis? Il s'agit à proprement parler d'une envolée mythique et comme le souligne l'artiste, le projet est bel et bien de réinventer, revisiter et réinformer. Avec ces déambulations inattendues, la médina est dépouillée de ses défroques rétro pour naviguer à contre-sens ou, plus précisément, selon la perception préconisée par Ajili. Dès lors, le projet pictural se double d'une déambulation dans un espace bouleversé aussi bien par les changements de perspective et de matrice que par l'apparition de figures comme Claudia Cardinale ou Amel Mathlouthi là où la convention nous a habitué à ne voir que Tarnane ou Saliha.

C'est en cela que résident l'audace et la fraîcheur du regard de Houda Ajili qui, d'ailleurs, n'hésite pas à se remettre en question en recréant une médina qui dépasse et contredit ses oeuvres antérieures. Ayant travaillé plus de dix ans dans cette médina de Tunis, Houda Ajili institue un jeu qui consiste à déstabiliser le regard, quêter la surprise et tournebouler les clichés. L'artiste réussit pleinement dans son projet et parvient à établir un double rideau sur les médinas conventionnelles, avec un premier rideau constitué par ces figures qui apparaissent comme par surprise, puis, un second rideau créé par le traitement plastique et chromatique de la médina. Ces strates de sens voire ce qui devient hors-cadre font toute la beauté de cette collection qui cultive le beau par le hiatus et le contresens. Avec ce nouveau projet, Houda Ajili s'affirme ludique, hilarante par certains aspects et, surtout, doublement iconoclaste. Détruisant méthodiquement les clichés, elle détourne l'iconographie dominante de la médina tout en brisant la dimension iconique de certaines figures. Et en cela, cette artiste est profondément novatrice, le gai savoir en prime et la liberté de l'art pour l'art en bandoulière.

Hatem BOURIAL