50 candidatures au comité directeur - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 23 Novembre 2017

Suivez-nous

Nov.
23
2017

2ème congrès de la  CGTT

50 candidatures au comité directeur

Mardi 14 Novembre 2017
نسخة للطباعة

 Cinquante candidatures ont été déposées pour les élections du comité directeur de la Confédération Générale Tunisienne du Travail  (CGTT), une organisation syndicale créée en 2006 et autorisée officiellement en février 2011. Ces élections auront lieu à l’occasion du 2ème congrès de cette organisation rivale de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), la centrale syndicale historique, prévu les 2, 3 et 4 décembre prochain à Hammamet. Elles devraient déboucher sur l’élection des 41 membres du nouveau comité directeur qui procèdera ensuite à l’élection à travers un vote interne d’un nouveau Bureau exécutif composé de onze membres.

51% des 41 membres du comité directeur sortant se sont représentés pour un nouveau mandat, ce qui devrait se traduire pour un important  taux de renouvellement.

Sur les onze membres du Bureau exécutif sortant, six ont renouvelé leurs candidatures, dont le secrétaire général de l’organisation Habib Guiza.

«Un nombre important de femmes et de jeunes ont présenté leurs candidatures au comité directeur de notre organisation dans le cadre de la volonté d’ouverture sur des catégories sociales qui demeurent jusqu’ici peu représentées au niveau du mouvement syndical », assure M. Guiza. Et d’ajouter : «Actuellement présente dans tous les secteurs d’activité économique et toutes les régions, la CGTT compte  aujourd’hui 85 mille adhérents, dont 80% sont des jeunes et des femmes».

Le secrétaire général sortant de l’organisation syndicale, dont le slogan est «Solidarité, Justice  et Modernité», a de même souligné que « le choix s’est porté dès la création de la CGTT sur le système confédéral afin d’assurer un mode de gestion démocratique et efficace, pouvant garantir une indépendance pour les fédérations et de s’éloigner d’un pouvoir extrêmement centralisé». Il a également indiqué que le système confédéral permet de s’intéresser aux particularités de chaque secteur d’activité professionnelle, ce qui aidera à trouver les solutions aux problèmes spécifiques de chaque secteur.

La séance d’ouverture du 2ème congrès de la CGTT se tiendra au Palais des congrès à Tunis en présence d’invités locaux et en provenance de pays arabes et européens, dont la France, la Suisse et la Belgique. Les travaux se poursuivront ensuite dans un hôtel situé à Hammamet.

«La mise en œuvre du pluralisme syndical sera au centre des travaux du congrès. Les participants débattront en effet d’un document stratégique visant  à instituer un nouveau pacte social qui rompt avec la logique du syndicat unique et prend en considération la nécessité de la défense des droits sociaux et de la distribution équitable de la richesse parallèlement à la contribution  et à la création de cette richesse»,  souligne Habib Guiza. «Après la fin du monopartisme à la faveur de la révolution, il est grand temps de sonner le glas du mono-syndicalisme », a-t-il ajouté, indiquant que le congrès examinera aussi les moyens de lutte contre les atteintes aux libertés syndicales.                             

La création de la CGTT  remonte au 3 décembre 2006. Plus qu’une réaction épidermique aux dérives constatées à l’époque au niveau de l’action de l’UGTT, son lancement répondait à la nécessité de l’instauration du pluralisme dans le cadre d’un mouvement de refondation du mouvement syndical tunisien, selon son fondateur.

Les fondateurs de l’organisation revendiquent leur appartenance à un courant syndical libre et pluraliste qui représente la continuité du mouvement initié par Mohamed Ali El Hammi, le leader syndicaliste qui n’avait pas hésité au début du siècle dernier à quitter la CGT française pour fonder une organisation qui portait  le nom de la CGTT pour défendre les intérêts des travailleurs tunisiens,.  L’UGTT, qui revendique plus de 750 mille adhérents, reste cependant l’organisation syndicale la plus représentative et l’interlocuteur privilégié du gouvernement. 

Walid KHEFIFI