nous la Russie - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 23 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
24
2018

Russia 2018.. Ce soir, (18H30) Tunisie - Libye, au stade olympique de Radès

nous la Russie

Samedi 11 Novembre 2017
نسخة للطباعة

L’apothéose ce soir à Radès ? Sûrement. 

En effet, la  Tunisie toute entière  va être  mobilisée pour suivre le match Tunisie-Libye, ultime rempart  pour la qualification à la phase   finale du Mondial 2018 en Russie.

Pour la bande à Nabil Maâloul, même  une parité fera l’affaire. Or, la victoire va constituer une  cerise   sur le gâteau, pour que  la fête soit totale et davantage  embellie.

Il est vrai que l’équipe libyenne, depuis un bon moment, a perdu toute  chance  de partager les mêmes ambitions aux Aigles de Carthage, en raison d’une situation chaotique  qui domine le pays  voisin depuis six ans et   de multiples  contrariétés ayant l’effet   d’envoyer le championnat libyen au coma.

Néanmoins, il serait incrédule de penser   que la qualification  est déjà dans la poche, car,   les Libyens auront un  prestige à défendre, comme l’a merveilleusement démontré l’équipe syrienne, dont la situation  est presque similaire. 

Tout à fait conscient, Nabil Maâloul, avec beaucoup d’ingéniosité, a eu   le reflexe de protéger  le groupe en l’emmenant à Tabarka,   dans une ultime  phase de préparation. D’abord,  pour épargner les joueurs des pressions,  et puis, pour refaire  le moral de ceux de l’EST, de l’ESS et du CA, à l’issue  de leurs échecs dans les coupes  africaines des clubs.

Ce stage scindé  en trois phases, a été jugé, toutefois, concluant par tous ceux qui l’ont suivi de très près, à telle enseigne  qu’ils ont fini par avouer qu’il s’agit  plutôt d’un club de Tunisie et non pas de sélection. Le mérite revient évidemment à Nabil Maâloul, passé maître dans l’art  de gestion du groupe. Une qualité    acquise, à travers toute une   vie passée sur le terrain : en tant  que joueur de haut niveau avant d’être promu entraîneur,  en passant par un stage de coaching sous la houlette de Lemerre comme adjoint. Il  faut dire que Maâloul a la chance de compter  sur  Wadiï El Jary. Le président de la FTT s’entend à merveille avec le coach national, en  lui réalisant  même le souhait de voir le championnat chômé pour une bonne  période. C’est pour l’intérêt de l’E.N. Tant mieux.  

Bien sûr, les clubs ont   vu du mauvais œil, une telle option, seulement, une qualification au Mondial en vaut vraiment la  chandelle ! Cela  n’arrive pas tous les jours. 

Etre parmi  les plus grandes  nations  de la planète du football, est une source de fierté,   en plus d’un apport financier conséquent, à coups de dizaines  de millions de dinars.

Et puis, une participation à la fête mondiale est une aubaine pour les joueurs d’élite pour focaliser les attentions, en perspective  de nouveaux horizons sous d’autres cieux. Ce sera un grand marché pour les recruteurs, en vue de détecter les meilleurs  éléments. Autant dire    que le match  d’aujourd’hui, face à la Libye est une motivation supplémentaire pour les joueurs  afin de concrétiser le rêve. Donc, le match doit être  pris avec le sérieux requis, afin d’allier le résultat  à la manière. Cela est d’autant plus vrai que ce duel va être  suivi par une autre équipe, concernée par l’enjeu,  à savoir,   celle de la RDC, dont les chances  restent toujours d’actualité, bien qu’elles soient minimes.

Ceci dit,  les déclarations pompeuses faites à travers les émissions sportives, comme quoi, la  qualification est déjà acquise,   avant même  le déroulement  de la rencontre, ajoutées à celles  des joueurs  libyens qui ont formulé  le voeu de voir la Tunisie présente en Russie, vont brusquer  les Congolais. Ceux-ci  vont vérifier le sérieux des joueurs  tunisiens et libyens, sur le rectangle vert. Toutefois, dans la même lignée d’idées, nos représentants sont appelés  à mouiller le maillot et à dissiper la moindre suspicion  quant à leur mérite  de gagner le pari. Sinon,   les Congolais  vont tout faire pour remettre en cause ce mérite, en saisissant  la FIFA. N’oublions pas la réaction de l’instance mondiale, après s’être aperçue de l’impartialité de l’arbitre du match « Afrique du sud-Sénégal », en faisant  rejouer ledit match, tout en sanctionnant l’arbitre ghanéen  Lamptey. Cela  nous amène à insister  sur l’engouement et la rage de vaincre dont nos « gars » doivent se distinguer  pour contrecarrer  les mauvaises langues.

   Aujourd’hui,  la Tunisie qui se trouve  dans une   réconfortante  première place de son groupe  et qui aura la chance   de  boucler les éliminatoires  devant 50 mille de « tifosis » à Radès, se trouve au seuil   de son 5ème Mondial, pour enjoliver   davantage le prestige   du football tunisien.

Le public sportif d’un certain âge a toujours en mémoire    cette fameuse première participation du team  national en Argentine « 1978 » qui a ébloui le monde entier   et qui a poussé la FIFA à revoir  le nombre de places   accordées aux équipes africaines, en passant  d’un seul représentant à trois nations africaines, puis à cinq.

Le mérite de l’équipe de « 78 » est  d’autant plus grand qu’elle  a dû consentir   toutes les souffrances  et défier tous les obstacles  pour  arracher la qualification. Car, le système était     de loin autant pénible que harassant. Ainsi, la Tunisie, sous la houlette  de Abdelmajid Chetali a dû battre les mastodontes  du continent   comme   l’Algérie , le Maroc, le Nigeria et l’Egypte,  pour marquer finalement  l’histoire. D’ailleurs,   la Tunisie était la première  nation africaine à obtenir une victoire  en phase finale, c’était contre le Mexique (3-1).

Mieux encore,  elle était toute proche d’atteindre le second tour,  n’eut  été  cette machination  entre l’Allemagne et la Pologne. Une combine  ayant eu l’effet, malheureusement, de barrer la route à la Tunisie, sous les regards de l’Exécutif de la FIFA !!

Avec Chetali, le football tunisien a connu les honneurs, or, tous les indicateurs  montrent aisément que Nabil Maâloul est en passe de réaliser  cette même performance avec une prestigieuse  qualification. Ce sera  le 2ème sélectionneur tunisien  à avoir  cet honneur, même si Ammar Souayah avait pris le train en marche, en succédant à Scoglio, car le technicien italien avait veillé  sur les destinées de l’équipe durant tout le parcours  des éliminatoires  de 2002.

Pour terminer, nous restons persuadés  de la bravoure et de la générosité  de nos joueurs  pour offrir à toute  la Tunisie, des moments de joie et  de bonheur et pour que la fête soit totale, ce soir !

Raouf CHAOUACHI

Youssef Msakni, le retour en force

 

 

«Etre au rendez-vous avec l’histoire»

 

 

«Le football tunisien a raté les trois dernières éditions du championnat du monde, il est, au jour qu’il est, à 90 minutes de celle de Russie. Raisons pour laquelle je pense que nous méritons d’y aller et ce, au vu d’un parcours jusque là sans faute.

Nos deux dernières prestations, devant respectivement, la RD. Congo et la Guinée reflètent parfaitement les excellentes prédispositions du moment de l’équipe tunisienne. Deux sorties totalement réussies venant confirmer la force mentale et de caractère de toutes les composantes de la sélection. Et pour cause, nous n’avons jamais douté en nos moyens surmontant les moments difficiles que nous avons rencontrés depuis l’entame de ce tour qualificatif pour le Mondial de Russie. 

Des qualités que mes co-équipiers et moi-même  sont allés chercher dans notre désir de remettre le football tunisien au rang qui est le sien dans le continent africain. A preuve, notre dernier classement FIFA du mois d’octobre dernier. Ce n’est pas tout dans la mesure où l’apport de si Nabil Maaloul a été décisif dans ce changement entrevu au niveau de la mentalité du groupe avec  cerise sur le gâteau la liberté dont jouissent les joueurs sur le terrain.

Je pense que la Tunisie a, déjà, un pied en Russie, il lui manque ce petit point pour le confirmer. Aussi nous faudra-t-il rester les pieds sur terre en nous méfiant autant que possible d’une équipe libyenne qui nous a souvent posé des problèmes à l’instar du match aller dans cette même compétition. Nous avons bien préparé le match de samedi soir, notre concentration est totale, le public sera à nos côtés, il ne sera pas déçu.

R.B.A