Meurtres des deux jeunes filles: Le frère de l’assassin de Marseille mis en examen et écroué à Paris - Le Temps Tunisie
Tunis Samedi 20 Octobre 2018

Suivez-nous

Oct.
22
2018

Marseille

Meurtres des deux jeunes filles: Le frère de l’assassin de Marseille mis en examen et écroué à Paris

Dimanche 5 Novembre 2017
نسخة للطباعة
Meurtres des deux jeunes filles: Le frère de l’assassin de Marseille mis en examen et écroué à Paris

Le frère d’Ahmed Hanachi, l’assassin de deux jeunes femmes à la gare Saint-Charles de Marseille le 1er octobre, a été mis en examen vendredi à Paris, au lendemain de sa remise à la France par les autorités italiennes, rapporte l’agence Reuters citant une source judiciaire.

Anis Hanachi a été mis en examen du chef d›»association de malfaiteurs terroriste en vue de la commission d›un crime d›atteintes aux personnes» et placé en détention provisoire, précise-t-on de même source.

Le magistrat saisi des faits commis à Marseille avait émis un mandat d’arrêt à l’encontre de ce Tunisien arrêté en octobre à la frontière séparant l’Italie de la Suisse, rappelle l’agence Reuters.

Ahmed Hamachi a été tué par un militaire le 1er octobre après avoir poignardé deux cousines à la gare de Marseille-Saint-Charles, rappelle-t-on.

Son frère cadet Anouar Hanachi avait été remis le 25 octobre ainsi que sa femme aux autorités tunisiennes, selon le porte-parole du pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, SofieneSliti.

Anis Hannachi, arrêté samedi 7 octobre 2017, en Italie, était recherché, depuis 2014, en Tunisie, pour activité terroriste et avait fui, la même année, en Syrie.

Rappelons qu’en Tunisie, un mandat de recherche avait été émis en 2014, à l’encontre d’Anis Hannachi pour «ihtitab», vol et racket pour financer le jihad. Cette même année, il a réussi à partir en Syrie, d’où il a rejoint l’Italie, en s’infiltrant avec un groupe de réfugiés syriens, avant de se faire expulser en Tunisie.

Et c’est là où l’enquête se complique un peu : selon des sources tunisiennes, Anis aurait usurpé l’identité de son frère Anouar, lors de son expulsion, puisque le Tunisie avait perdu sa trace depuis 2014.

Selon les autorités italiennes, Anis Hannachi avait pu rejoindre de nouveau l’Italie depuis la Tunisie avec des migrants clandestins et qu’il avait été de nouveau expulsé vers son pays.

S’il y a une divergence, entre enquêteurs à  Tunis et Rome, sur l’itinéraire du présumé terroriste, due probablement à l’utilisation de différentes identités par les 2 frères, ce qui est sûr, en revanche, c’est qu’Anis a été localisé, après une alerte des autorités françaises, le  4 octobre 2017, en Ligurie, soit 3 jours après l’attentat de Marseille.

Les autorités françaises avaient demandé son extradition pour les besoins de l’enquête, sachant que le suspect s’est montré peu coopératif avec les enquêteurs italiens, surtout qu’il s’était muré dans un silence total.

Anis Hannachi a été remis vendredi 3 novembre, au matin, par l›Italie à la France. Il a été présenté dans l’après-midi à un juge d’instruction, à Paris, en vue de sa mise en examen dans le cadre de l’enquête sur l’attentat.

Anis Hannachi, islamiste connu des services tunisiens, est soupçonné d’avoir participé à la radicalisation de son frère abattu par les services de police.