Bruits et chuchotements - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 19 Janvier 2018

Suivez-nous

Jan.
20
2018

Bruits

Bruits et chuchotements

Dimanche 15 Octobre 2017
نسخة للطباعة
Bruits et chuchotements

KATARZYNA DUDA & HANNA HOLEKSA le 28 Octobre 2017 à 20h à l’Acropolium de Carthage

Hanna Holeksa a obtenu le diplôme avec distinction à l’Académie de Musique de Katowice et à l’Université des Arts de Berne. Elle est lauréate des premiers prix du Concours International de Piano de M. Magin à Paris, du IIIème Concours National de Piano de F. Liszt à Wrocław, du Festival des Jeunes Pianistes Polonais à Słupsk, du Concours National des Bourses Artistiques de F. Chopin à Varsovie, du Concours International de la Musique de Chambre Contemporaine de K. Penderecki à Cracovie, du Concours National de la Fondation Yamaha à Gdańsk, du Concours International de Piano de F. Liszt à Wrocław, Odd-Fellows Musikpreis à Bern, RAHN Musikpreis à Zurich.

Elle joue en Pologne et à l’étranger autant que soliste et musicienne de chambre. Son répertoire comprend des œuvres du baroque à la musique contemporaine. Katarzyna Duda est une des personnalités artistiques les plus remarquables en Pologne. Elle a fait des concerts dans des salles de prestige comme Lincoln Center et Carnegie Hall à New York, Concertgebouw à Amsterdam, la Philharmonie Nationale à Varsovie, Kawai Omotesando Hall à Tokyo, la Salle de Rossini à Padoue.

Katarzyna Duda a etudié dans une classe de violon de Maestro Tibora Vargi à l’Ecole Supérieure de Musique à Sion en Suisse et à l’Académie de Musique à Varsovie. Artiste est lauréate du Concours International de Violon de Tiboa Vargi à Sion en Suisse et du Concours International de Violon de Tadeusz Wroński à Varsovie, elle a été nommée pour le prix « Passeport de la Politique » et « Fryderyk ».

Elle a enregistré 5 albums avec un répertoire solo et de la musique de chambre. Katarzyna joue d’un instrument italien du début du XIXème siècle. Plus d’informations sur le site : www.katarzynaduda.pl et facebook.com/KatarzynaDudaFanPage.

 

Programme

- Maurice Ravel - Sonate n° 2 pour violon et piano [ca. 18’]

Allegretto

Blues. Moderato

Perpetuum mobile. Allegro

- Karol Szymanowski - Mythes. Source de l’Aréthuse [ca. 6’]

- Maurice Ravel - Tzigane [ca. 10’]

- Henryk Wieniawski - Legende op. 17 [ca. 5’]

- Henryk Wieniawski - Kujawiak [ca. 5’]

- George Gershwin/Jascha Heifetz - Extraits de l’opéra

- Porgy et Bess [ca. 10’]

- Pablo de Sarasate - Fantaisie sur le thème de l’opéra Carmen

G. Bizeta op. 25 [ca. 15’]

 

Triple distinction pour la Tunisie au Festival international du cinéma des pays méditerranéens d’Alexandrie

La Tunisie a décroché trois distinctions, jeudi soir, à la cloture de la 33ème édition du Festival international du cinéma des pays méditerranéens d’Alexandrie (Alexandria International Film Festival for Mediterranean Countries - AIFF) tenue du 7 au 12 octobre dans la ville d’Alexandrie au nord de l’Egypte.

Deux distinctions sont revenues au film "Fleur d’Alep" réalisé et produit par Ridha Béhi qui a décroché le prix du meilleur réalisateur alors que l'actrice principale Hend Sabri a remporté le prix de la meilleure actrice.

Dans ce film, Hend Sabri, également coproductrice, incarne le rôle de Salma, une divorcée trentagénaire qui travaille ambulancière. Cette fiction brosse le portrait d’une jeunesse endoctrinée par l’intégrisme à travers le parcours de Salma, allée à la recherche de son fils Mourad (Bédis Behi) qui a trouvé refuge dans les idées extrémistes en rejoignant les rangs des groupes djihadistes. 

"Fleur d'Alep" figure parmi 16 films en course dans la compétition officielle des longs-métrages de fiction et documentaires des pays arabes de la Méditerranée, au Festival international du cinéma des pays méditerranéens d’Alexandrie 2017. 

Le film "Saint Augustin, le fils de ses larmes", une fiction tuniso-algérienne réalisée par l’Egyptien Samir Seif, a remporté le prix de la meilleure oeuvre artistique décerné par le jury de la compétition des longs-métrages de fiction et documentaire des pays arabes de la Méditerranée baptisée au nom de l’acteur égyptien disparu Nour Cherif.

D’une durée de 2h, le film fait l’écho, dans un cadre moderne, de l’itinéraire du célèbre théologien saint Augustin (354-430 après JC), entre Souk Haras en Algérie, Carthage et Rome. Augustin, un Berbère né à Thagaste, l’actuelle ville de Souk Ahras (Algérie), est le fils d’un romain et d'une mère africaine. Cette grande figure de l’Eglise catholique dans l’ancienne Afrique du Nord est auteur d’une œuvre théologique colossale. Après avoir été formé à Carthage (Tunisie), il s’est déplacé à Milan où il avait intégré l'Eglise catholique pour enfin décider de revenir dans sa ville natale et vivre en tant que moine, puis prêtre et évêque.

"Fleur d’Alep" et "Saint Augustin, le fils de ses larmes", sont deux fictions qui avaient été présentées, hors compétition, en avant-première des 50èmes Journées cinématographiques de Carthage (JCC), organisées du 28 octobre au 5 novembre 2016, sachant que "Fleur d’Alep" avait été projeté à l’ouverture des JCC.

De la région du Maghreb, a été également récompensée la réalisatrice marocaine Khaoula Assebab Benamor du Prix "Kamel Mellakh", attribué à la première et seconde œuvre, pour son film "Le Clair Obscur".

La cérémonie d’ouverture de cette édition 2017, placée sous le nom de l’artiste égyptien Hussein Fahmi, a été marquée par un hommage à plusieurs figures du cinéma arabe et mondial en signe de reconnaissance à leur contribution au développement du cinéma africain et arabe, dont le Tunisien Ferid Boughdir. 

Lancé en 1979, le Festival international du cinéma des pays méditerranéens d’Alexandrie est considéré comme l'une des plus importantes manifestations dédiées au cinéma au pays du Nil. Il est organisé par l'Association des écrivains et critiques de films égyptiens (Egyptian Association of Film Writers and Critics - EAFWC) qui œuvre à promouvoir la culture cinématographique et à renforcer le partenariat entre les cinéastes du monde entier, tout en accordant une attention particulière aux pays méditerranéens.