Plus on est de fous, plus on rit ! - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 20 Janvier 2021

Suivez-nous

Jan.
22
2021

Elections législatives partielles en Allemagne

Plus on est de fous, plus on rit !

Mardi 10 Octobre 2017
نسخة للطباعة
Plus on est de fous, plus on rit !

 

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a émis, jeudi dernier, le décret présidentiel portant convocation des électeurs tunisiens résidant en Allemagne pour les élections législatives partielles. Un rendez-vous qui se tiendra au cours du mois  de décembre. Un coup d’envoi pour une course électorale des plus rudes. Sont candidats pour ces élections, le directeur exécutif du mouvement Nidaa Tounès, Hafedh Caïd Essebsi, le président du parti Réconciliation et ancien dirigeant d’Ennahdha, Manar Skandrani et le blogueur acharné, Yassine Ayari.

Yassine Ayari vient tout juste d’annoncer sa candidature à ce poste afin de barrer la route au fils du président de la République tout en rappelant à ce dernier, en s’adressant directement à lui, que ‘‘l’Etat n’est pas la propriété de son père et que le peuple tunisien mérite beaucoup plus que lui’’. Donc, si les Tunisiens souhaitent sauver l’Etat des mains de Béji Caïd Essebsi et de celles de son fils, ils n’ont qu’à voter en masse pour Yassine Ayari qui promet, une fois élu, d’apporter un nouveau souffle à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). 

Sur un ton agressif et hautain, il explique qu’au-delà des ambitions politiques, ce siège lui permettra, aussi, de briser l’exil dans lequel il est obligé de vivre. Cela fait en effet trois ans que le blogueur trentenaire vit en France et qu’il communique avec ses fans via des posts et des vidéos qu’il diffuse sur les réseaux sociaux.

Fils du martyr Tahar Ayari, il est aussi connu pour ses liens profondément amicaux avec le Congrès pour la République (CPR), Hirak Tounès Al Irada et, aussi, le Courant démocratique. Des amitiés qu’il entretient régulièrement à coup de propagande, de soutien ou de campagnes de dénigrement qu’il mène aisément à l’encontre de tous ceux qui osent s’opposer à ses tendances politiques préférées.

Yassine Ayari sera donc côte à côte avec Hafedh Caïd Essebsi et Manar Skandrani d’ici la fin de l’année courante en vue d’obtenir le siège vacant au Parlement. Un siège vide depuis la démission du député du mouvement de Nidaa Tounes, Hatem Ferjani, qui occupe actuellement le poste de secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères chargé de la diplomatie économique. A l’annonce du remaniement ministériel partiel du gouvernement de Youssef Chahed, au début du mois dernier, plusieurs se sont indignés du choix de Hatem Ferjani expliquant que ce dernier a été choisi non pas pour ses compétences mais pour qu’il cède son siège au fils du président de la République. 

Juste après la publication du décret présidentiel dans le Journal officiel de la République tunisienne (JORT), des opposants ont commencé à parler de fraude électorale et d’absence totale de transparence. Le Courant démocratique et l’alliance des composantes de la société civile tunisienne en Allemagne ont été les premiers à tirer les sonnettes d’alarme sur ce sujet. Ce qui contribuera certainement à empirer les impressions face à des élections partielles qui ont déjà très mal démarré. De son côté, Hafedh Caïd Essebsi s’est lancé dans le bain en se rendant en Allemagne et en enchaînant les réunions avec les responsables de son mouvement sur place. 

Les résultats de ces élections ne seront certes connues que d’ici la fin de l’année mais, à voir la liste des candidats, on sait déjà que d’ici là, on sera plus de fous et on rigolera bien plus !

 

Une candidate d’Afek Tounès

Le bureau politique du parti Afek Tounès réuni, ce week-end, a choisi Amel Kahloun, membre de son conseil national, comme candidate aux élections législatives partielles en Allemagne, a indiqué Zeineb Torki, membre du bureau politique du parti, dimanche soir à la TAP.

Deux nouvelles personnalités ont, par ailleurs, intégré le parti Afek Tounès, apprend-on de même source. Il s’agit de Taoufik Bouechba et Jamel Khemakhem.

Zeineb Torki chargée également de la communication à Afek Tounès a ajouté que le bureau politique du parti a tenu, samedi et dimanche, à Hammamet, sa réunion annuelle extraordinaire baptisée “week-end stratégique” pour procéder à une évaluation des différentes politiques du parti et discuter de son plan stratégique à court et moyen termes, et notamment des législatives partielles et du prochain scrutin municipal.

Salma BOURAOUI