Eliminé par le FUS Rabat ,aux tirs au but (4-5): Le CSS, fort méconnaissable, essuie une nouvelle désillusion ! - Le Temps Tunisie
Tunis Lundi 28 Septembre 2020

Suivez-nous

Sep.
29
2020

CSS

Eliminé par le FUS Rabat ,aux tirs au but (4-5): Le CSS, fort méconnaissable, essuie une nouvelle désillusion !

Dimanche 24 Septembre 2017
نسخة للطباعة
Eliminé par le FUS Rabat ,aux tirs au but (4-5): Le CSS, fort méconnaissable, essuie une nouvelle désillusion !

L'aventure africaine du CSS n'ira pas au delà des quarts de finale. Au grand dam de ses supporters elle fut stoppée net devant le FUS Rabat, une équipe qui ne réussit décidemment pas aux Sfaxiens qui ont déjà perdu au mois de novembre 2010  et devant ce même adversaire le finale de la coupe de la CAF. Pourtant le match débuta par un excellent scénario pour le CSS qui parvint à ouvrir le score à la 22' par Aouadhi sur penalty ayant sanctionné une main d'un défenseur adverse dans la surface des réparations. Mais alors qu'on s'attendait, après ce but libérateur, voir le CSS prendre le match à son compte et s'acheminer vers une qualification qui semblait lui ouvrir les bras c'est tout le contraire qui se produisit. Tombant dans la médiocrité ii allait s'adonner à un jeu décousu sans ligne directrice claire ni schémas tactiques précis. EN face le FUS Rabat cafouillait lui aussi et le match devint monotone et ennuyeux.

 

Une équipe sfaxinne à la dérive

Pourtant toutes les conditions étaient réunies pour que le CSS force la décision. L'effectif sfaxien à l'exception de Walid Karoui, blessé, était au complet. De son côté, le public, venu nombreux, n'a pas cessé de soutenir et pousser les siens mais c'était en vain. L'équipe sfaxienne était bel et bien incapable de réagir face à un adversaire qui n'était pas, pourtant, en possession de ses meilleures sensations et était, de ce fait, bon à prendre. A l'exception de Meriah et de Ben Ali tous les autre joueurs sfaxiens étaient hors du coup. Plusieurs d'entre eux n'ont plus grand chose à donner à l'équipe et là nous faisons allusion notamment aux  Ben Salah, Hanachi, Kammoun, Aouadhi, Amdouni, voire même Ndoye qui ne parvient pas toujours à répondre aux attentes de ses employeurs depuis qu'il fut recruté lors du mercato d'été 2016. Ajoutez à tout ce beau monde la baisse de régime de Kingsley Sokari lequel, désirant changer d'air, semble avoir perdu totalement le goût de jouer, la méforme de Chaouat et les qualités techniques et physique limitées de Raymond Mendy et vous comprenez le pâle visage affiché par une équipe sfaxienne ayant largement raté son sujet.

 

L'opération rajeunissement remise en cause?

Le staff technique complètement dépassé n'a pas réussi non seulement à donner à l'ensemble un cachet de jeu propre mais plus grave encore nous donne l'impression qu'il est en train de remettre en cause l'opération rajeunissement qui commençait à donner ses fruits. Aujourd'hui Amamou et Dagdoug redevenus compétitifs après s'être rétablis d'une blessure n'y figurent plus dans la formation tout comme Hnid, un 

défenseur central mis régulièrement sur le banc des remplaçants attend toujours qu'on lui donne sa chance.

 

Les retombées de l'interdiction de recrutement sur les équilibres généraux de l'équipe

Il ne faudrait aussi occulter l'interdiction de recrutement sur le rendement de l'équipe. Le CSS ne pouvant pas renforcer son effectif par des recrutements ciblées en fonction de ses besoins n'a pas réussi à atteindre l''équilibre escompté au niveau de ses trois compartiment animés pour une grande part par des joueurs qui ne méritent pas de porter les couleurs du club soit parcequ'ils sont limités techniquement et tactiquement soit parce qu'ils sont en fin de carrière.

Ameur KERKENNI

Mots-clés: