Du côté du prétoire: - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 19 Janvier 2018

Suivez-nous

Jan.
19
2018

Du côté

Du côté du prétoire:

Dimanche 17 Septembre 2017
نسخة للطباعة
Mémoires d’un bâtonnier militant

«La justice est le pain du peuple, il est toujours affamé d’elle».  

Chateaubriand

 

Mémoires d’un bâtonnier militant

Chedly Khalladi, fut le premier bâtonnier élu après l’indépendance, Ce fut entre  1958-1961. L’Ordre national des avocats est dissous durant cette période, dans le cadre de la limitation  des libertés d’organisation et d’association, et remplacé par un comité de gestion des intérêts de la profession.

Cet avocat militant s’est attaché  à dénoncer le colonialisme,  notamment par sa plume en signant ses articles par le pseudo de  Abdelhac

Lors de l’inhumation du martyr Moncef  Bey, en septembre 1948, il fit paraître,  un article dans    «Jeune Tunisie»  un quotidien de l’époque , un article  intitulé  «la chanson de l’exil et de la mort», dans lequel, décrivant l’épopée de ce souverain qui renonça à sa couronne  par amour de sa patrie et de son peuple, il écrit entre  autres :

 «Il  (Moncef Bey) avait un pressentiment de la mort, plus sûr que le diagnostic des médecins ou le calcul des diplomates. Il voyageait même au-delà de la mort.

«Mon cercueil vous servira mieux que ma couronne ", disait-il à ses visiteurs."

Puis évoquant une chanson sur cette  circonstance douloureuse que fredonnait tout le peuple  : « Babourinou sra Ânnisma : un petit bateau traversa les vagues sous la brise nocturne... Il transportait le Souverain du peuple : Sid El Moncef Bey «, Chedly Khalladi, écrit dans le même article :

« Elle était bien triste la chanson populaire du départ en exil. Celle du retour en cercueil sera crève-cœur... Tous les Tunisiens répéteront comme une prière la chanson de l’exil et de la mort ».

Les funérailles de Moncef Bey, en septembre 1948, resteront en effet  à jamais, gravées dans la mémoire des Tunisiens qui y avaient assisté nombreux.

 

Ordre national  des  avocats: Ameur Meherzi dénonce  et accuse

Le bâtonnier Ameur Meherzi a déploré , dans une déclaration à une radio de la place l’adoption de la loi sur la réconciliation administrative,  qui constitue une atteinte aux droits des citoyens , invitant les députés à rectifier le tir en retirant cette loi qui doit être soumise au président de la République pour sa promulgation. Il affirma dans un communiqué qu’il œuvrera à combattre par tous les moyens de droit une loi contraire aux droits et aux libertés publiques et notamment  à la loi sur la justice transitionnelle

Par ailleurs, à l’approche de la loi de Finances, le bâtonnier a dans  une conférence de presse   contesté l’absence de l’Ordre lors des concertations et négociations autour du dernier remaniement. Se considérant comme étant un des principaux acteurs parmi les forces nationales, l’Ordre des avocats estime que sa mise à l’écart pour un évènement aussi important, est significativement négative. «Indépendamment de notre satisfaction ou de nos réserves par rapport aux résultats de ce remaniement, le vide qui a précédé l’annonce a paralysé l’administration et a bloqué plusieurs institutions de l’Etat. Les négociations ont pris un intervalle de temps important qui a interféré quant à la bonne marche des rouages de l’Etat ».  Nous sommes dans le regret de dire que le gouvernement a adopté une politique de silence et d’indifférence à notre égard. Cela, est inacceptable », a  -t-il  fait remarquer.

 

Nouvelle année judiciaire: Préparatifs tous azimuts

Une réunion consacrée aux préparatifs de la nouvelle année judiciaire 2017/2018 s’est tenue, à Tunis, sous la présidence du ministre de la Justice, Ghazi Jeribi.

La réunion a, également, permis d’examiner la création de nouveaux tribunaux, à l’instar des cours d’appel de Béja et de Jendouba, des chambres régionales du Tribunal administratif à Nabeul et Jendouba et du tribunal cantonal de Bir Ali Ben Khelifa (Sfax).

Le ministre de la Justice a insisté sur la nécessité de mettre tout en œuvre pour la réussite de la nouvelle année judiciaire et le parachèvement des travaux et l’aménagement de ces tribunaux dans les plus brefs délais. 

Etaient notamment présents à la séance de travail, le premier président de la Cour de cassation, la présidente du Conseil de l’Ordre judiciaire, le président du Tribunal foncier, les premiers présidents des cours d’appel de Bizerte, Béja et Jendouba ainsi que les procureurs généraux auprès de ces tribunaux.

 

La députée Bochra Belhaj Hmida: « Des juges vivent au-dessus de leurs moyens » ?

Je pensais qu’après le 14 janvier la justice tendrait vers l’indépendance, mais il n’en est rien ! La justice n’est toujours pas indépendante et ne garantit pas encore le droit des personnes ! Et c’est en partie pour cela que j’ai accepté la réconciliation. Je veux qu’on tourne la page et qu’on se concentre sur l’indépendance de la justice » 

Telle fut la déclaration de la députée et avocate à une radio de la place, ajoutant qu’elle est favorable à la loi sur la réconciliation, réconciliation.  Celle-ci concerne les cadres administratifs  corrompus  « car jusque-là tout le monde ne bénéficie pas du même traitement. Nous voulons parler des cadres administratifs corrompus mais pourquoi l’on ne parlerait pas du pouvoir en place qui devrait être le garant d’une justice équitable pour tous. Ou encore de comment ces juges qui ont fait beaucoup de mal aux gens par le passé sont revenus aujourd’hui comme si de rien n’était »,   

Elle a observé également  « qu’il y a beaucoup de juges qui vivent bien au-dessus de leurs moyens et c’ est une réalité !  ajoutant  « Il y a une liste avec les noms de ces juges ». Elle a également appelé les juges honnêtes « comme Kalthoum Kannou » à les dénoncer et à s’éloigner des calculs électoraux.

 

Nous apprenons le décès :

- Du père de Me Nabil Khémissi, avocat à Tunis.

Le défunt a été inhumé   le 10 septembre  dernier  au cimetière du Jellaz

-De la mère de Me Maher Draoui, avocat à Tunis

La défunte a été inhumée le 12 septembre dernier au cimetière du Jellaz

-Du père de Me Aroua Ben Smaên, avocate à Tunis

Le défunt a été inhumé le 12 septembre dernier au cimetière de Sidi Yahia

Ahmed NEMLAGHI

Mots-clés: