L'UGTT contre les privatisations et l'augmentation des cotisations sociales - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 19 Octobre 2017

Suivez-nous

Oct.
20
2017

Avec une vision différente de la réforme

L'UGTT contre les privatisations et l'augmentation des cotisations sociales

Mercredi 13 Septembre 2017
نسخة للطباعة

Le secrétaire général de l'union générale Tunisienne du travail (UGTT) Noureddine Tabboubi a affirmé que son organisation s'oppose à plusieurs décisions "unilatérales" annoncées par le gouvernement, dont l'augmentation des cotisations sociales.
"L'UGTT a une vision différente de la réforme", a déclaré le patron de la centrale syndicale à l'agence TAP en marge des travaux de la commission administrative qui se sont ouverts ce hier à Hammamet, soulignant également le rejet de la privatisation de plusieurs entreprises et établissements publics
La commission administrative nationale examinera la question des négociations sociales dans les secteurs public et privé, a-t-il indiqué, confirmant le blocage des négociations dans plusieurs domaines du secteur privé en dépit de la signature d'un accord de base et d'accords relatifs à l'intégration dans la fonction publique.
L'accent sera en outre mis sur le dossier des caisses sociales lors de cette commission administrative, a-t-il dit, précisant qu'un comité de l'UGTT se réunit aujourd'hui pour discuter de la situation des caisses sociales et proposer des solutions alternatives.
Le Chef du gouvernement Youssef Chahed a annoncé lundi, lors d'une plénière du parlement consacrée au vote de confiance pour les nouveaux membres du gouvernement, une série de mesures dans le cadre de la réforme du système des caisses sociales. Il s'agit du prolongement de l'âge de départ à la retraite, la révision du salaire minimum référentiel et des formules d'ajustement des retraites ainsi que l'augmentation des cotisations sociales.
Les mesures de réforme prévoient aussi la restructuration des entreprises publiques "dont plusieurs sont aujourd'hui incapables de garantir leur pérennité sans le soutien de l'Etat", avait insisté le Chef du gouvernement.