Mouïne Chaâbani : «Outre le huis clos, nos joueurs avaient l’esprit à Alexandrie» / Montassar Louhichi : «Jouer trois fois en déplacement, contre qui vous savez, n’est pas une mission aisée» - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 26 Septembre 2017

Suivez-nous

Sep.
26
2017

L’EST laborieusement face à l’ASG

Mouïne Chaâbani : «Outre le huis clos, nos joueurs avaient l’esprit à Alexandrie» / Montassar Louhichi : «Jouer trois fois en déplacement, contre qui vous savez, n’est pas une mission aisée»

Mardi 12 Septembre 2017
نسخة للطباعة

Il ne suffit pas de dominer et encore moins de se créer des opportunités de marquer. Pour gagner un match, il faut marquer des buts et non des points. Un raisonnement qui doit s’appliquer impérativement à l’Espérance ST mise devant l’obligation du résultat à chaque rencontre. Avec un effectif composé de près de vingt joueurs de qualité, la modeste prestation des « Sang et Or » devant l’AS. Gabès est en mesure de constituer une véritable énigme.
EST : peut et doit encore mieux faire
L’absence du public pour cause de huis clos ne peut justifier à elle seule la modeste prestation des « Sang et Or », samedi dernier, contre les Stadistes de Gabès d’autant plus que dans un passé récent, ils sont parvenus à gagner des matches beaucoup plus importants dans de semblables circonstances.
Tout comme l’alibi consistant à évoquer la lassitude des quelques joueurs soumis à un calendrier très chargé. La richesse de l’effectif à la disposition du staff technique constituait la meilleure solution pour les faire reposer, un repos devenu   à quelques jours d’un rendez-vous beaucoup plus important, celui d’Alexandrie dans le cadre du match de samedi prochain contre Al Ahly du Caire. Une seule excuse reste à la limite de l’acceptable, celle inhérente à l’état d’esprit des joueurs qui voyaient pointer à l’horizon le match du 16 courant. Ce fut là l’essentiel de la déclaration d’après match émanant de Moïne Chaabani : « Une victoire bonne à prendre, trois points que je considère mérités au vu d’une domination sans partage. D’accord, la prestation de l’équipe a été loin d’être convaincante, sortie  à laquelle nos joueurs ne sont pas habitués. D’ailleurs, nous n’avons pas manqué de leur rappeler que c’est le genre de match piège dont il faut se méfier.  Je ne cherche pas à leur trouver d’excuses mais jouer devant des gradins vides se répercute inévitablement sur le moral des joueurs et par voie de conséquence sur leur rendement. Sans omettre d’ajouter que certains parmi eux ont été sérieusement sollicités outre le rendez-vous de samedi prochain à Alexandrie qui retenait un tant soit peu les esprits ». L’Espérance ST a, néanmoins, gagné, trois points qui lui permettent de partager la première place du classement général avec l’Etoile SS dans l’attente de leur rendez-vous de la 5ème journée. Un succès arraché à la suite d’un penalty longuement contesté par les visiteurs, et transformé par Khénissi ; succès mérité du reste au terme d’une domination sans partage ponctuée par moult ratages sur de nettes occasions de marquer.
Les Gabésiens du stade : le meilleur reste à venir
Cela étant, l’AS. Gabès n’a pas à rougir de cette défaite, la troisième concédée en déplacement devant… le Club Africain à Radès, l’Etoile à Sousse et samedi dernier de nouveau à Radès face à l’Espérance ST. Une équipe sudiste bien disposée sur le terrain abordant le match sans le moindre complexe et se créant plus d’une occasion de but qui méritait un meilleur sort. La touche de Montassar Laouichi était visible à l’œil nu rien qu’au vu du dispositif mis en place pour contrer les «Sang et Or» de Tunis. Un dispositif axé sur les contres rapides dont trois ont failli aboutir en fin de match quand Zouaghi a buté de justesse devant Ben Chérifia, puis quand Darragi vit son tir finir sa course sur le bas du montant gauche des buts de l’Espérance ST et quand Ben Chérifia eut le réflxe de renvoyer un tir à bout portant venu dans les arrêts de jeu. Terminons par la déclaration d’après match de l’entraîneur de la « Staäda » :  «Dois-je rappeler que l’équipe est à son troisième déplacement en quatre matches au cours desquels nous avons eu à faire à trois grosses cylindrées du championnat. Cela duit, il n’est pas dans mes habitudes d’évoquer l’arbitrage mais je dirai tout simplement que nous étions en mesure de rentrer  avec le point du nul. Mes joueurs ont fait le match que l’on attendait d’eux alliant une bonne disposition sur le terrain  et contres qui ont mis à mal la défense adverse. Se faire battre de cette manière par le plus petit des scores par une grosse cylindrée de la compétition ne peut que les encourager à s’investir encore plus dans les entraînements. Je pense que le meilleur reste à venir ». Voilà qui est bien vu par un technicien aux qualités insoupçonnables qui est à sa première expérience en tant qu’entraîneur après avoir roulé sa bosse un peu partout comme assistant.

Rafik BEN ARFA