Après Gomorra, c’est Suburra, la mafia romaine Première série italienne sur Netflix - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 23 Novembre 2017

Suivez-nous

Nov.
23
2017

Après Gomorra

Après Gomorra, c’est Suburra, la mafia romaine Première série italienne sur Netflix

Dimanche 10 Septembre 2017
نسخة للطباعة

Le procès fleuve «Mafia capitale» sur la corruption à Rome est à peine refermé que déjà Suburra — première série italienne de Netflix dévoilée à la Mostra de Venise — s’en inspire en proposant un cocktail sulfureux: pouvoir, mafia, et Vatican.

Les premières minutes, nocturnes, de Suburra démarrent devant Saint-Pierre de Rome. La radio annonce la démission du maire de la Ville éternelle. Un religieux monte dans un taxi pour se rendre à une ahurissante orgie pourvue en femmes et en cocaïne, avant d’être victime d’une crise cardiaque...

Après les bas-fonds de Naples distillés dans la série ultra-violente Gomorra (saison 3 à l’automne en Italie), cette saga mafieuse, sise dans la capitale du pouvoir et de l’Eglise, espère bien rafler la mise. La première saison en dix épisodes va suivre le destin de trois garçons (Numéro 8, Spadino et Lele), issus de milieux différents, qui entrent dans la vie adulte et vont être unis par le crime. Parmi les personnages figure aussi une bourgeoise, consultante pour la gestion des biens du Vatican, et organisatrice de parties fines.

La série 99 -du nom d’un quartier malfamé de la Rome antique- sortira le 6 octobre pour les 100 millions d’abonnés (dans 190 pays) de Netflix. L’annonce n’est pas passée inaperçue à la Mostra, qui a déroulé un tapis rouge aux productions de la plate9forme de diffusion en ligne, projetant notamment un film avec Jane Fonda et Robert Redford.

 

Authenticité

Pour Erik Barmack, vice-président des productions internationales chez Netflix, la série italienne s’inscrit dans une stratégie à marche forcée en Europe, avec, par exemple, de nouveaux projets en Suède, en Allemagne, en Espagne ou en Pologne. «Plus c’est local, plus c’est authentique», explique-t-il, en précisant que les séries européennes sont également proposées en version originale sous-titrées.

Narcos est un énorme succès même s’il a été tourné à 85% en espagnol, relève-t-il. Tout nouveau projet : The Eddy, une série dans un club de jazz parisien, dont deux épisodes seront tournés en français, anglais et arabe par l’Américain oscarisé, Damien Chazelle («La La Land»).

«Depuis 2012, nous avons investi deux milliards de dollars sur des séries européennes» (acquisition de droits + productions maison), indique le responsable. La série Suburra est très proche du film éponyme sorti en 2015, réalisée par Stefano Sollima (séries Romanzo criminale et Gomorra). «En dix heures d’épisodes, nous avons cherché à ajouter de la complexité au scénario, notamment sur les factions se battant pour contrôler Ostie», commune balnéaire de Rome que la pègre veut transformer en mini-Las Vegas, explique Erik Barmack. Les deux premiers épisodes de la série ont été réalisés par l’Italien Michele Placido (vedette de la série La Mafia).

 

La mafia à la Mostra

L’histoire du film et de la série, basée sur un livre, a été inspirée par l’affaire dite «Mafia Capitale» qui avait explosé en décembre 2014, impliquant criminels, entrepreneurs et hommes politiques, soupçonnés de corruption à la municipalité.

Le scandale fut l’un des motifs de la démission du maire de l’époque, Ignazio Marino (gauche), accusé de pas avoir su faire le ménage. Le procès vient de déboucher en juillet sur de lourdes peines (250 années de prison au total pour une quarantaine de personnes), mais le tribunal n’a finalement pas retenu la présence d’un réseau mafieux. Une conclusion contestée par certains spécialistes et qui ne cadre absolument pas avec le scénario explosif de la série Suburra. La mafia s’est d’ailleurs infiltrée dans toutes les sections de la 7499 Mostra. Dans Nato a Casal di Principe, de Bruno Oliviero, un jeune homme cherche frénétiquement son frère enlevé. Une comédie musicale enlevée Ammore e malavita (amour et pègre) des frères Manetti, en compétition officielle, est allée pousser la chansonnette devant le quartier malfamé napolitain de Scampia, lieu de tournage de la série Gomorra. Et le joli film d’animation Gatta Cenerentola de quatre jeunes Italiens revisite l’histoire de Cendrillon, à bord d’un bateau amarré dans la baie de Naples aux mains d’un trafiquant de drogue.

Mots-clés: