Quatre artistes femmes engagées pour l’amour et la paix - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Nov.
15
2019

«Dream Art» expose à Saladin 

Quatre artistes femmes engagées pour l’amour et la paix

Samedi 26 Août 2017
نسخة للطباعة

 

Un grand événement artistique tuniso-canadien « Nous les Femmes » se déroule actuellement à la Galerie Saladin réunissant quatre femmes-artistes dont trois Tunisiennes, Alya Kateb, Zoubeïda Chamari Daghfous, Neïla Ben Ayed et une Canadienne Marlène Luce Tremblay qui, d’ailleurs se sont réunies plus d’une fois auparavant, soit en Tunisie, soit au Canada ou aux Etats-Unis.

 

 Cette plate-forme, appelée « Dream Team », créée par ces quatre femmes-artistes depuis quelques années, vise à promouvoir la création féminine en matière des arts plastiques aussi bien en Tunisie qu’à l’étranger, favoriser les échanges et le dialogue des cultures. Les quatre plasticiennes ont en commun la passion de l’art et chacune se distingue des autres par son style et ses techniques. Les tableaux exposés offrent des défis constants de la réalité et une sensation de liberté et d’amour. Le jour du vernissage qui s’est tenu dans une ambiance chaleureuse en présence de son Excellence l’ambassadrice de Canada, nous avons rencontré les quatre artistes qui nous ont donné leurs impressions sur cet événement.

Les artistes s’expriment

Alya Kateb :   Nous formons toutes les quatre depuis des années un groupe d’artistes féminins. C’est la deuxième fois que nous exposons à la galerie Saladin, mais nous avons déjà exposé ensemble à Montréal, à New York  et une autre fois aux Nations Unies. J’ai également participé à une exposition à Meknès (Maroc) en compagnie de Zoubeïda et Neïla. Nous avons déjà eu une expérience avec l’association « Arts Sans Frontières » (maintenant disparue) qui réunissait un grand nombre d’artistes-femmes ; nous autres, les quatre, avons pensé à continuer  le chemin au sein de cette petite association que nous avons créée et baptisée « Dream Team ».

Zoubeïda Chamari Daghfous: Et jusque-là, nous nous sommes bien entendu toutes les quatre et nous avons réussi toutes nos expositions ! Avec la présence de notre collègue Marlène Luce Tremblay, que nous avons connue pour la première fois lors d’un voyage au Canada avec l’ancienne association « Art Sans Frontières, nous avons élargi le spectre de nos activités, en allant jusqu’au Canada et aux Etats-Unis. Au sein de cette association « morale »,  puisque sans but lucratif, nous avons décidé d’exposer ensemble afin de faire connaitre l’art tunisien en dehors des frontières. On essaie d’exposer nos travaux une fois en Tunisie, une autre fois au Canada ou ailleurs, à l’étranger. Nous comptons exposer prochainement à Montréal pour la troisième fois !

Neïla Ben Ayed : Heureuse d’appartenir à ce groupe d’artistes-femmes et du fait que je suis tuniso-canadienne, je cherche toujours mon équilibre entre les deux pays, d’origine et d’adoption, je fais de mon mieux pour favoriser de telles rencontres artistiques dans les deux pays. Pour moi, cela ne fait que renforcer l’amitié tuniso-canadienne et c’est important de montrer l’art tunisien aux Canadiens et inversement. Le titre « Nous, les femmes » a été proposé par Marlène, et moi j’y ai adhéré parce que cela rime avec le thème de la femme sur lequel je travaille, en effet, où qu’elle soit, la femme a des valeurs et aussi des contraintes et des défis qu’elle doit relever ! C’est par l’art que nous exprimons les soucis de la femme.

Marlène Luce Tremblay : C’est une expérience extrêmement enrichissante au sein de ce groupe de femmes-artistes que ce soit ici en Tunisie ou au Canada. Nous sommes de deux continents différents, mais nous avons en commun la même passion pour l’art, on s’est lié d’amitié grâce à l’art et nous avons constitué ce petit groupe en vue d’organiser des expositions ensemble. C’est la deuxième fois que j’expose à Saladin, mais la quatrième fois en Tunisie, et nous comptons faire une exposition commune au Canada en mai 2018. Ces expositions favorisent l’échange culturel entre les deux pays puisque l’art n’a pas de frontières, cela me permet de rencontrer des gens formidables que je n’aurais jamais pu connaitre sans ces expositions et puis, l’art est ma raison de vivre, je ne peux pas vivre sans faire de l’art ! Mes tableaux  ici exposés portent comme titre « Love », c’est que nous avons besoin d’amour aujourd’hui plus que jamais, surtout avec ce qui se passe actuellement dans le monde !

Hechmi KHALLADI