Youssef Chahed seul face à tous ! - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 24 Mai 2018

Suivez-nous

May.
25
2018

Remaniement ministériel partiel imminent 

Youssef Chahed seul face à tous !

Vendredi 25 Août 2017
نسخة للطباعة
Youssef Chahed seul face à tous !

 

Le journal électronique Kapitalis a publié, hier, une liste exclusive contenant les noms des personnalités proposées aux différents portefeuilles ministériels à l’occasion du remaniement ministériel qui serait imminent. Ainsi les Finances, l’Education, l’Investissement, le Commerce, le Transport, la Santé, l’Energie, l’Intérieur et le Tourisme seraient tous concernés par ce remaniement. Parmi les noms, on retrouve celui de Hakim Ben Hamouda, ministre des Finances au gouvernement de Mehdi Jomaâ ou encore celui de Ridha Chalghoum, tout fraîchement nommé chef du cabinet du chef du gouvernement.

Toutefois, et au vu de ce que nous avons déjà vécu auparavant, rien ne peut être garanti d’autant plus que le bureau exécutif du mouvement Ennahdha vient de publier un communiqué où il appelle à un remaniement partiel restreint servant, uniquement, à combler les postes vacants. Pour le mouvement islamiste, un vrai remaniement ne doit avoir lieu qu’après la tenue des élections municipales, la validation de la loi de Finances de 2018 et la rentrée scolaire. Imed Khemiri, porte-parole du mouvement, a déclaré que ce dernier a déposé une liste de ses candidats auprès du chef du gouvernement sur lequel il compte pour  nommer des personnalités compétentes, honnêtes et patriotes.

De son côté, le directeur-exécutif du mouvement de Nidaa Tounes, Hafedh Caïd Essebsi, a indiqué s’être entretenu avec Youssef Chahed dimanche dernier. Il  a estimé qu’un ‘remaniement ministériel n’est pas la fin du monde’ et que le chef du gouvernement doit s’entretenir avec tous les signataires du pacte de Carthage avant de réviser la composition de son gouvernement.

Selon des sources proches du palais de la Kasbah, Youssef Chahed n’aurait pas encore décidé de la nature de son remaniement dans le sens où il ne sait pas encore s’il va juste combler les vides ou aller dans un changement plus radical. Dans tous les cas de figure, le chef du gouvernement ne sera pas libre dans ses choix  et devra, dans le meilleur des cas, trouver des consensus avec au moins deux organisations (l’UGTT et l’UTICA) et deux mouvements (Nidaa Tounes et Ennahdha) avant de pouvoir remanier son équipe.

Des consensus essentiels s’il  compte se présenter devant l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) en espérant obtenir les voix dont il a besoin pour continuer son chemin. Satisfaire Ennahdha et Nidaa Tounes sans compter les autres partis et blocs sans qui la majorité n’est plus aussi garantie. 

D’autres bruits assurent que le chef du gouvernement peine encore à trouver un terrain d’entente avec les partis ce qui l’amènerait à reporter son remaniement pour après les vacances d’Aïd al-Idha. Et s’il  opte pour un remaniement partiel élargi, il sera aussi obligé d’attendre que les députés reviennent des vacances. Des vacances qui devraient prendre fin le 15 septembre prochain avec reprise extraordinaire de la Commission qui travaille sur le Code des collectivités locales le 11 du même mois. 

Pour le moment, tous les avis convergent vers un remaniement partiel assez important en attendant la décision finale du chef du gouvernement.

Salma BOURAOUI