Départ de Ghandri, arrivée de Khélifi - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 10 Décembre 2017

Suivez-nous

Dec.
12
2017

CA

Départ de Ghandri, arrivée de Khélifi

Samedi 12 Août 2017
نسخة للطباعة
Départ de Ghandri, arrivée de Khélifi

Le Club Africain a bien fait de laisser partir son joueur Nader Ghandri qui vient de signer pour trois ans au profit du club belge d’Antwerp. Ghandri qui devait être clubiste jusqu’au mois de juin de 2018 ne portera plus le maillot clubiste et c’est une décision courageuse de la part des responsables clubistes qui ont, en quelque sorte, renfloué les caisses du club puisqu’on parle de 200 mille euros pour le club de Bab-Jedid. Certes, c’est un joueur qui avait sa place au milieu de terrain clubiste, mais on ne peut retenir un joueur contre son gré et surtout s’il n’a plus envie de défendre les couleurs du club auquel il appartient. D’un autre côté, les responsables clubistes ont fait signer un contrat de trois ans à Bilel Khélifi. Son nom sera ajouté à la liste africaine et remplacera l’Algérien Mansour Ben Othmène. Un joueur qui n’aurait jamais dû atterrir au parc A.

Dkhiléli avec les élites ?

Marco Simone a décidé depuis quelques jours de « déclasser » cinq joueurs parce qu’ils ne sont pas convaincus à le convaincre. Il s’agit de SaifedineJaziri, Mansour Ben Othmane, IssamDekhili, Aymen Ibrahim et Ghazi Ayadi. Nous ne sommes pas étonnés de sa décision pour Jaziri, Ben Othmène et Aymen Ibrahim. Nous le sommes moins pour Ayèdi et Dkhiléli. Ce dernier est surtout victime de son comportement puisqu’il a manifesté son mécontentement en boudant les entraînements. Le joueur n’a rien reçu, ou presque, depuis qu’il est avec le Club Africain. Il a dû faire face à des problèmes de tous genres ces derniers temps et étant sans argent, il a même dû s’expliquer avec le propriétaire de la maison qu’il loue. Il aurait peut-être mieux fallu l’aider à surmonter ce mauvais moment au lieu de le reléguer parmi l’élite. Et c’est, entre autres, le rôle de Simone qui doit être à l’écoute de ses joueurs. Quant à Ayédi, il mérite mieux que ça, mais il est en quelque sorte responsable de ce qui lui arrive puisque depuis qu’il a refusé de prendre part aux deux derniers matches en coupe de la CAF, il a beaucoup perdu de ses moyens et il a surtout vu son capital sympathie auprès des supporters et de ses responsables diminuer considérablement.

Que pourrait faire Simone ?

Certains se posent cette question depuis que l’Italien a débarqué à Tunis. L’ex « Rossonero » est-il capable de faire mieux que ses prédécesseurs ? Nous faisons surtout allusion à Chiheb Ellili qui, malgré une conjoncture défavorable, a réussi à qualifier l’équipe aux quarts de finale de la coupe de la CAFet surtout remporter une coupe de Tunisie. Un titre qui manque au Club Africain depuis un peu plus de dix ans. Simone qui n’est pas encore un grand nom en tant que technicien est venu en Tunisie dans ce sens. Pour se faire connaitre un peu plus d’autant plus qu’il disputera une compétition africaine. Après seulement quelques semaines de travail, il est impossible de le juger et ce ne sont pas les trois matches amicaux disputés jusque-là qui vont nous permettre de le faire. Le championnat commencera ce mercredi pour les « Rouge et Blanc » avec une entame qui devrait lui être favorable puisque sur les trois premières journées, les clubistes joueront à deux reprises à Tunis. En fait, l’avenir de Simone au parc A dépendra de son entame de championnat. L’Italien, et ce n’est pas dans la culture du football européen, doit apprendre à faire et le technicien et le responsable. Les Tunisiens savent le faire et Ellili a pu terminer la saison avec les résultats que l’on connaît parce qu’il parlait avec ses joueurs et les soutenait dans les moments difficiles…

Mourad AYARI