Sidi Chabaâne, dans tous ses états - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 20 Juin 2018

Suivez-nous

Jun.
21
2018

Sur le vif

Sidi Chabaâne, dans tous ses états

Dimanche 9 Juillet 2017
نسخة للطباعة
Sur le vif: Sidi Chabaâne, dans tous ses états

Le propriétaire du café Sidi Chabaâne à Sidi Bousaid, a réagi en déclarant à une radio de la place, suite à la fermeture de son café par les   autorités qu’il a un contrat avec la municipalité l’autorisant à vendre de la nourriture.

Il a indiqué également qu’il a un permis sanitaire de la part des agents de contrôle sanitaire attestant  qu’il travaille dans les normes.

Soit. Mais le hic , c’est que les conditions sanitaires ne sont pas souvent satisfaites, quand bien même il ait un permis sanitaire attestant la régularité des lieux concernant les conditions d’hygiène, lesquelles  ne doivent pas exister que l’espace d’un matin, lorsqu’on est   avisé de la visite des contrôleurs. C’est une affaire de suivi en permanence des conditions préservant les clients  de tout ce qui peut affecter leur santé.

Quant à leur portefeuille, c’est une autre paire de manches. C’est à eux d’en juger en fonction de leur  bourse.

Car on n’est quand même pas aux îles Maldives   pour   payer par exemple un café turc   (qui n’a de turc que le nom) ou une citronnade aux amandes (on devrait écrire aux amendes)  à un prix faramineux.

C’est le cas dans plusieurs cafés et salon de thé à Tunis et dans plusieurs endroits de la Banlieue nord, où on vous oblige à consommer avec ce que vous commandez, une boisson ou un gâteau que vous n’aimez pas forcément et qu’on vous impose qui vous est imposés pour arrondir les, fins de mois …euh pardon, les factures afin d’assurer plus 100/% de bénéfice.

La vente imposée, est interdite, et les autorités compétentes en la matière  sont de plus en plus vigilantes là-dessus et c’est tant mieux.

Promouvoir le tourisme  oui, mais pas au détriment du citoyen ! Il y a mille et une façon de le faire, et dont la meilleure consiste à préserver l’image de la Tunisie de la Révolution du jasmin, que certains empêchent de fleurir. Ils ne passeront pas  tant avec la détermination  des autorités, de combattre tous ces abus qui nuisent au pays et à sa réputation.

A.N