Neuvième : juste pour tester son niveau - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Nov.
14
2019

Education

Neuvième : juste pour tester son niveau

Mardi 20 Juin 2017
نسخة للطباعة
• Proclamation des résultats le 7 juillet
Neuvième : juste pour tester son niveau

 

Ils sont 30 044 candidats à prendre hier au  concours de la Neuvième pour 3175 places disponibles dans les lycées pilotes alors que  532 candidats passeront les examens pour le diplôme de fin d’études de l’enseignement de base technique. Depuis la décision de rendre le DFEEB facultatif en 2002, le nombre de candidats  a chuté, ils ne sont plus qu’une trentaine de milliers qui se présentent à l’examen depuis 2011 ( soit environ le tiers des inscrits en neuvième année de l’enseignement de base), alors qu’ils étaient environ 160 000 en 2001. L’examen n’est plus un enjeu que pour les bons élèves qui veulent rejoindre un des lycées pilotes et pour une autre catégorie d’élèves qui veulent tester leur niveau et expérimenter ce type d’épreuve en vue de se préparer à l’examen du baccalauréat. 

Ce concours   entamé  dans 267 centres comportera cinq épreuves dont trois  de langues (arabe, français et anglais)  et deux épreuves scientifiques (mathématiques et sciences)  pour les candidats  du diplôme d’enseignement de base. Pour le diplôme de l’enseignement de base technique, les candidats seront testés sur cinq épreuves : l’arabe, l’anglais, le français, les sciences physiques et les mathématiques .La proclamation des résultats aura lieu le 7 juillet 2017. 

Il s’agit d’un concours facultatif qui pourrait ouvrir les horizons aux plus brillants puisqu’il leur permettra d’accéder aux écoles pilotes. Les élèves ont donc passé, hier, les épreuves d’arabe et d’anglais. Ahmed estime que l’épreuve d’arabe a était à sa portée. «J’ai trouvé le sujet trop facile». Idem pour  Manel qui n’a pas trouvé le sujets compliqué, d’autant qu’il était en rapport avec le programme. Pendant que les candidats discutaient et papotaient en groupes en attendant l’épreuve d’anglais, plusieurs passants semblaient intéressés et curieux sur les sujets d’examen «faciles ou pas faciles ?»

Selon l'avis d'un professeur d’arabe, le sujet était abordable, il suffisait d'appliquer le plan d'un texte bien organisé avec des arguments bien articulés. Nabil, un jeune, indique toutefois que c’est au niveau du barème que s’installe la crainte. Dhouha  souligne pour sa part que «l’épreuve d’arabe  nécessite un minimum de maîtrise de la langue  pour pouvoir bien répondre aux questions et élaborer un bon essai». A 11h300, ce fut la sortie de tous les candidats  après l’épreuve d’anglais.Les opinions étaient mitigées parmi les candidats, toutes branches confondues. Certains étaient contents, d'autres mécontents. Les uns se plaignaient de la longueur du sujet et du manque de temps, les autres de la difficulté des exercices proposés.  Nos candidats auront à passer ce matin  de 8 à 10h00 le français et les sciences de la vie et de la terre de 10h30 à 11h30 . Pour les candidats au  diplôme de fin d’études de l’enseignement de base technique, ils passeront de 8 à 9h le français et clôtureront leur deuxième journée par l'épreuve des sciences physiques

Kamel Bouaouina