Découverte du corps du berger égorgé et mutilé - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 9 Décembre 2018

Suivez-nous

Dec.
11
2018

Jebel Mghila

Découverte du corps du berger égorgé et mutilé

Dimanche 4 Juin 2017
نسخة للطباعة
Jebel Mghila: Découverte du corps du berger égorgé et mutilé

Une unité de l’Armée nationale a découvert, hier après-midi, au mont Mghila (gouvernorat de Sidi Bouzid), le corps du berger Khelifa Soltani à l’endroit même où il a été kidnappé, la veille, par un groupe de terroristes, affirment à l’agence TAP, une source sécuritaire ainsi que des habitants de la localité de Slatnia. La victime a été retrouvée égorgée et son corps mutilé, indiquent les mêmes sources.

C’est le berger qui accompagnait Khelifa lors de son kidnapping qui a montré aux militaires l’endroit où les terroristes les avaient attaqués.

Samedi matin, les proches de Khelifa avaient déploré, dans des témoignages à l’agence TAP, l’absence de représentants des autorités régionales et locales ainsi que de renforts sécuritaires et militaires aux alentours du lieu de l’attaque. Ils se plaignaient d’être laissés sans protection, pour la deuxième fois, malgré la menace terroriste. Une attaque similaire avait eu lieu en novembre 2015 où le frère cadet de Khelifa, feu Mabrouk Soltani, avait été kidnappé par des terroristes à mont Mghila et décapité.

La justice militaire s’est engagée à diligenter une enquête 

La justice militaire s’est engagée à diligenter une enquête judiciaire sur les circonstances de l’assassinat du jeune berger Khlifa Soltani, a indiqué, samedi après-midi, le ministère de la Défense.

Une unité de l’Armée nationale a découvert, samedi, au mont Mghila (Kasserine), le corps du berger Khelifa Soltani, kidnappé, vendredi, par un groupe de terroristes.

Le ministère de la Défense précise que les opérations de ratissage se poursuivent pour traquer le groupe de terroristes, soupçonnés d’avoir commis le meurtre du jeune berger.

«Ces criminels n’échapperont pas à la justice ; ils subiront le même sort que celui des auteurs de crimes terroristes atroces», lit-on dans le communiqué.

Le ministère rappelle, par ailleurs, que l’accès aux zones militaires fermées est strictement interdit.