Du côté du prétoire - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 20 Juin 2018

Suivez-nous

Jun.
20
2018

Du côté du prétoire

Du côté du prétoire

Dimanche 21 Mai 2017
نسخة للطباعة

«Ne pouvant fortifier la justice, on a justifié la force»

Blaise Pascal

 

Au palais de Justice

Bientôt le mois de Ramadan, et le déroulement  des audiences va changer,  en fonction d’un nouvel  horaire qui tienne compte des impératifs  de ce mois sacré, où on doit être tous à table  à l’heure de la rupture du jeûne. Le rythme de travail ne sera pas donc affecté  pour autant, mais il n’y aura pas la foule habituelle, qu’on voit d’habitude au palais, les badauds qui viennent assidument regarder les audiences correctionnelle et criminelle, car ils n’ont rien à faire sauront  vaquer à d’autres occupations commençant dès le premier  coup de canon, annonciateur de la rupture du jeûne. Bref c’est le calme absolu qui se substituera au brouhaha habituel, pendant  tout le mois sacré.

Ensemble contre le terrorisme

Plus d’une centaine  d’avocats et magistrats, venus des quatre coins du monde,   ont participé  à une manifestation organisée à Sousse   par l’Ordre national des avocats sous le thème "Ensemble contre le Terrorisme". en présence du ministre de la Justice, Ghazi Jeribi et du bâtonnier , Ameur Meherzi.
Cette manifestation qui a eu lieu du 18 au 21 mai,  à Sousse et à Monastir,   vise à stimuler l’activité touristique, fragilisée  après l’attentat de 2015.
Une  manifestation qui  se veut un message rassurant pour réaffirmer le retour de la sécurité et de la stabilité en Tunisie et dans les villes touristiques.

CSM :   candidatures  contestées  par l’AMT
 
Alors que le conseil de l’ordre judiciaire  a   présenté les candidatures du magistrat Hédi Kadiri au poste de premier président de la Cour de Cassation, de Tarek Chkioua au poste de Procureur général auprès de cette Cour ,  Imed Darouiche comme directeur des services judiciaires et Ahmed El Héfi au poste de président du Tribunal Immobilier, l’Association des magistrats tunisiens (AMT) vient contester ces candidatures, arguant l’absence des femmes parmi les candidatures, en invitant le Conseil de l’ordre judiciaire à rendre public le rapport relatif aux propositions des candidatures en question, afin de permettre à toutes les parties prenantes d’en prendre connaissance.
Le conseil de l’ordre judiciaire quant à lui, rétorque, que les candidatures ont été présentées après une étude minutieuse en vertu des articles 42 et 45 de la loin organique relative au Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Il a rendu public le rapport relatif aux propositions de candidature  afin que toutes les parties concernées puissent en prendre connaissance.
Par ailleurs et selon l’article 106 de la Constitution, les hauts magistrats sont nommés par décret présidentiel en concertation avec le Chef du Gouvernement et sur proposition exclusive du Conseil supérieur de la magistrature. 

L’AMT a quand même déploré que la réunion ait été tenue « dans un climat perturbé et en dehors des règles usuelles de transparence ; ce qui contrevient aux dispositions de l’article 45 de la loi organique régissant  le CSM  ».
En tout état de cause l’AMT a   appelé les membres du CSM à siéger ensemble lors d’une séance générale « pour passer en revue les nominations proposées pour que leurs approbations se fassent conformément aux dispositions de la loi ».

Les avocats  revendiquent une Cour  d’appel  à Mahdia

C’est  pour la troisième  semaine consécutive à Mahdia  que des avocat manifestent pour revendiquer la création d’une cour d'appel dans cette ville du Sahel dotée depuis longtemps d’un tribunal de première instance, bien renommé. Depuis le temps, bien de l’eau a coulé sous les ponts, et le nombre des justiciables et la jurisprudence a évolué.
Or cette revendication date d’une année mais il n’y a eu aucune réaction de la part des autorités, selon ce qu’a déclaré, Me Mohamed Jammali, secrétaire général du bureau régional de l’Ordre à Mahdia, ajoutant que  «  le mouvement se dirige vers l'escalade avec la possibilité d'appeler à une grève la semaine prochaine et  les avocats vont observer un rassemblement de protestation devant le ministère de la Justice à la capitale».

Nous faisons part  du décès

-De Khadija  fille  de Me Tajedine Rahal , avocat à la retraite  
La défunte a été inhumée, le 18  mai dernier, au cimetière du Jellaz  
Puisse Dieu Le Tout Puissant,  lui   accorder Son infinie Miséricorde et l’accueillir en Son Eternel Paradis.
Ahmed NEMLAGHI