Présidentielle française: L’indécision - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 22 Juin 2018

Suivez-nous

Jun.
25
2018

française

Présidentielle française: L’indécision

Dimanche 23 Avril 2017
نسخة للطباعة
Présidentielle française: L’indécision

A la veille de la présidentielle en France, quatre candidats sont toujours aux coude-à-coude dans les intentions de vote. Le choix risque d’être compliqué pour certains électeurs au premier tour, aujourd’hui. Selon un sondage Odoxa pour Franceinfo, trois Français sur dix ne savent toujours pas pour qui ils vont voter. Si à Paris, les habitués des cafés sont plus désabusés que jamais, en Bretagne, un patron de bar offre un verre à qui ira voter.

Dans ce café parisien, on a un expresso sur le comptoir et le moral dans les chaussettes, relève Stéphane Lagarde. Les habitués ne vont pas trouver l'inspiration dans le marc de café : pour qui voter dimanche ?

Dans ce petit bar de quartier sur les boulevards des Maréchaux, beaucoup hésitent encore. « Je ne sais pas pour qui voter, c'est bien la première fois », déplore Jean-Pierre, retraité. « On en parle mais sur le ton de la rigolade », ajoute Wilson, qui est technicien. « La campagne ne m’intéresse pas alors je ne sais pas », explique encore Nathalie, fonctionnaire.

Difficile de se décider, lorsque pour la première fois sous la Ve République, les intentions de vote pour quatre des candidats se situent dans un mouchoir de poche. Pascal, chauffagiste, a fait son choix : ce dimanche, il n’ira pas voter. « Je n'ai jamais voté, explique-t-il. J'ai 50 ans aujourd'hui et je crois que je voterai jamais. Tous ces escrocs qui nous entourent : je suis un petit peu déçu. »

Les électeurs de gauche seraient, parait-il, plus hésitants dans leur choix et les électeurs de droite plus déterminés. « J'ai un certain âge, je suis née en 1949 et j'ai été habituée à un peu plus d'intelligence, déplore Evelyne, retraitée. On n’est pas des veaux, on a des cerveaux.»

Ces cerveaux calculent et s’interrogent : vote utile ?  Vote de conviction ? Jamais peut-être une élection n’avait suscité autant d’appréhension. Catherine, gardienne d’immeuble, confie que le scrutin à venir l’empêche presque de dormir. « Il y a trop d'incertitudes, trop de malentendus, se plaint-elle. On n'est pas vraiment rassurés. Cela crée des conflits de famille.»

La part des indécis s’est cependant beaucoup réduite en un mois, passant de 43% à 30%. Un sympathisant de gauche sur deux ne sait pas encore quel bulletin il déposera dans l’urne. A l’inverse, neuf électeurs du Front national sur dix sont déjà sûrs de leur choix.

 

Un verre = un vote

Cette année plus que jamais, l'abstention est le grand point d'interrogation. A Plouguiel, un village des Côtes d'Armor, aujourd’hui, le patron d'un bar a eu l'idée d'une initiative originale pour lutter contre l'abstention. Il offrira une consommation à chaque votant. Il suffira de montrer sa carte d'électeur tamponnée pour se faire offrir une boisson.

Marc Le Badezet, le patron du bar-tabac La Chope, a eu cette idée il y a quelques jours. « J'écoutais l'histoire d'un chauffeur de taxi qui proposait ses services pour aller voter. Je trouvais cette idée géniale et je me suis dit que j'allais leur offrir un verre », déclare-t-il au micro de notre journaliste Alexis Bedu.

Dans cette petite ville, les 1046 électeurs sont donc invités par ce généreux bistrotier. Mais avant il faudra aller voter. « Depuis une trentaine d'années, on s'aperçoit qu'au niveau communal, au moment des élections, le taux de participation se situe entre 60 et 65% et j'aimerais avoir au moins 80% de votes, poursuit Marc Le Badezet. Il faut faire son choix et ensuite, quoi qu'il advienne, il ne faudra pas venir se plaindre ».

Pour un villageois, il s'agit d'une bonne idée pour lutter contre l'abstention. « Je ne sais pas s'il y aura 100% de votants à cause de cela mais si cela peut en faire venir quelques-uns, cela sera gagné. Verre ou pas verre, je serais venu ».

Contre ce vote, au choix tout un panel de boissons. Mais Marc Le Badezet le rappelle : « Ce ne sont que des boissons sans alcool. C'est bien connu : en Bretagne, on ne boit que de l'eau minérale ». On sait déjà que cette promesse-là ne sera pas tenue.

Mots-clés: