Terrorisme: 1430 affaires tranchées - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 19 Avril 2018

Suivez-nous

Apr.
20
2018

Terrorisme

Terrorisme: 1430 affaires tranchées

Dimanche 23 Avril 2017
نسخة للطباعة
• 2252 affaires terroristes soumises depuis 2015 à la chambre des mises en accusation et 3317 affaires ont été soumises au ministère public dont 1962 sont actuellement entre les mains des juges d’instruction
Terrorisme: 1430 affaires tranchées

Sur un total de 2252 affaires terroristes soumises depuis 2015 à la chambre des mises en accusation, 1430 ont déjà été tranchées, a annoncé hier le porte-parole du Tribunal de première instance de Tunis et du pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, Sofiène Selliti.

Quelque 3317 affaires ont été soumises au ministère public près le pôle de lutte contre le terrorisme depuis sa création en octobre 2015, a-t-il ajouté lors d’une journée d’information organisée dans la banlieue-nord de Tunis par le ministère de l’Intérieur et le ministère des Affaires étrangères sur les efforts de sécurité et les mécanismes de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme.

" Quelque 1962 de ces affaires sont actuellement entre les mains des juges d’instruction ", a-t-il précisé.

Présent à cette journée d’information, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Yasser Mosbah a indiqué que le département a recensé 3 000 Tunisiens actifs dans les zones de conflit, dont 60% sont en Syrie et 30% en Libye. 

" Le nombre des Tunisiens de retour des zones de conflit s’élève à 800 personnes ", a-t-il ajouté.

Selon lui, les groupes terroristes les plus dangereux sont implantés sur les frontières tunisiennes. Le ministère de l’Intérieur démantèle, quasi-quotidiennement, des cellules terroristes dormantes dans l’ensemble du pays.

D’après Mosbah, le cyber-terrorisme demeure la zone la plus dangereuse qui, a-t-il dit, " demeure difficile à pénétrer ".

Le représentant du ministère des affaires étrangères, Abderrazak Landolsi a annoncé l’intention de mettre en place une base de données répertoriant tous les Tunisiens qui ont rejoint les zones de conflit.

Mots-clés: