Handball: Compétitions arabe et africaine des clubs.. Quel apport pour le handball national ? - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 1 Octobre 2020

Suivez-nous

Oct.
1
2020

Handball

Handball: Compétitions arabe et africaine des clubs.. Quel apport pour le handball national ?

Samedi 25 Mars 2017
نسخة للطباعة
Handball: Compétitions arabe et africaine des clubs.. Quel apport pour le handball national ?

La compétition en Nationale A est soumise à un repos forcé depuis le 18 courant date de déroulement de la 21ème journée. Pour faire place à la coupe arabe des clubs vainqueurs de coupe. Une compétition qui a groupé…cinq équipes dont trois tunisiennes : AS. Hammamet, CS. Sakiet Ezzit et CHB. Jemmal.

 Cela donne une première impression, négative bien sûr, sur l’absence d’intérêt manifestée par la partie arabe à cette compétition à laquelle nos meilleures équipes du moment qui, bien que sollicités pour y prendre part (EST, CA et ESS), ont refusé d’y participer l’estimant à juste titre sans intérêt. Tout comme d’ailleurs d’autres équipes du Golfe, d’Algérie et d’Egypte.

La compétition nationale va reprendre samedi 1er avril pour faire disputer les quarts de finales de la coupe de Tunisie. Suivra une semaine plus tard le déroulement de l’ultime journée de la première phase du championnat avant un nouvel arrêt de deux semaines (du 11 au 23 avril) pour onze équipes contraintes à l’inactivité pour permettre à la seule AS. Hammamet de participer à la coupe d’Afrique des clubs vainqueurs de coupes.

Suite à quoi, le championnat reprendra le samedi 29 avril pour un véritable marathon dans la mesure où huit équipes de la Nationale A seront appelées à disputer le play off et le play out tous les samedi et mercredi. Six rencontres en l’espace de deux semaines, injuste pour des équipes dont quatre visent le titre de champion et quatre autres pour éviter la relégation en Nationale B.

 Le handball tunisien aurait pu se passer de ces deux compétitions inter clubs à l’échelle arabe et africaine d’autant plus qu’elles sont organisées à des dates qui chevauchent avec la fin de saison de la compétition nationale d’une part et qu’elles ne sont d’aucun apport pour nos équipes d’autre part. A qui la faute ? A toutes les parties impliquées dans la gestion du handball national, la direction technique nationale en premier lieu. Une concertation avec les entraîneurs des clubs aurait sûrement abouti à des solutions plus appropriées.

Rafik BEN ARFA

Mots-clés: 

Articles liés