Les éleveurs sur le qui-vive - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Aug.
23
2019

Vol du bétail au Cap Bon

Les éleveurs sur le qui-vive

Mercredi 15 Février 2017
نسخة للطباعة
Les éleveurs sur le qui-vive

 

Les vols d’ovins et de bovins  se multiplient, ces jours-ci  dans le Cap Bon. Cela est presque prévisible et c’est pourquoi les éleveurs redoublent de vigilance et de surveillance pour protéger leur cheptel des voleurs qui écument les zones rurales. Cette inquiétude des éleveurs de bétail est d’autant plus justifiée que, depuis plusieurs semaines, les vols  des bovins sont devenus chose courante. Une banalisation du vol des plus graves. Les derniers cas signalés, la semaine dernière l’ont été à Sommaa, Ghardaya et Halfa à Korba. Les voleurs  agissent souvent la nuit et à l’aube, sans craindre les représailles, ciblant les dépôts et les lieux d’élevage du bétail. Ils utilisent des véhicules lourds (camions et camionnettes) afin de voler beaucoup de bétail, et empruntent des pistes pour éviter les barrages. Attirés par le gain facile, ils écument la région.

 Face à ces «attaques», les éleveurs ont été obligés de multiplier la surveillance de leur bétail et défendre leurs troupeaux. Du côté des unités sécuritaires, un plan anti-trafic de cheptel a été mis en place pour traquer les «convoyeurs» de bétail volé. C’est que les voleurs n’agissent pas seuls  rares sont les cas isolés à partir du moment où ils travaillent directement avec des maquignons clandestins ou encore des abattoirs qui exercent au noir. Premières victimes du fléau, les éleveurs, comme d’ailleurs les simples bergers qui ne vivent que de ce métier ancestral, et qui n’ont d’autre choix que de prendre leur mal en patience. Les plaintes déposées   ont facilité le travail aux services de sécurité qui ont pu retrouver les voleurs  et récupérer ainsi le bétail, que ce soit sur les axes routiers ou dans les hangars et autres bicoques où sont dissimulés les cheptels. C’est le cas à Boucharay à Soliman où 126 moutons volés ont été finalement récupérés par son propriétaire après l’arrestation du voleur . 

Ce qui est encore plus grave, c’est  que ces voleurs menacent, malmènent et agressent  les éleveurs avant qu’ils ne soient délestés de leur cheptel comme le confie Badreddine, un éleveur de Ghardaya. «  Ces voleurs  dit-il repèrent le lieu, suivent la trace de l’éleveur et planifient l’opération avant de s’en prendre aux cheptels ». Face à cette recrudescence des vols, les éleveurs ont effectué lundi une marche afin de dénoncer ce fléau qui menace même  leur vie, appelant les autorités régionales à  intervenir au plus vite afin de mettre fin à ces vols .Ils  les appellent à mettre en œuvre une structure de sécurité agricole, à l’instar de la sécurité touristique. Ils dénoncent  de tels agissements assimilés à des crimes et rappellent l’étendue de ce phénomène qui a touché les exploitations et le matériel agricoles,  les récoltes  ainsi que le matériel de pêche.

Kamel Bouaouina

Mots-clés: