Les grandes lignes de l’action future du gouvernement - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 28 Octobre 2020

Suivez-nous

Oct.
28
2020

Youssef Chahed rencontrant des étudiants, annance

Les grandes lignes de l’action future du gouvernement

Dimanche 15 Janvier 2017
نسخة للطباعة
• L’agriculture au cœur du programme gouvernemental - • Pour une meilleure équité sociale et régionale
Youssef Chahed rencontrant des étudiants, annance: Les grandes lignes de l’action future du gouvernement

A l’occasion du sixième anniversaire de la révolution, le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a réitéré son soutien aux jeunes en participant à un débat ouvert avec certains des plus brillants étudiants tunisiens issus de différentes régions. Il s’est rendu, ainsi que les membres de son gouvernement, à l’IPEST (Institut Préparatoire des Etudes Scientifiques et Techniques) à Sidi Bousaïd. La rencontre s’est déroulée à l’amphithéâtre Hatem Bettaher du nom de l’enseignant universitaire, ancien étudiant de l’IPEST, tué par balle lors des affrontements avec les policiers en janvier 2011.

Prenant la parole en premier, Slim Khalbouss, ministre de l’Enseignement Supérieur a rappelé qu’une réforme globale du système universitaire a été lancée le 3 janvier dernier, impliquant des changements à diverses échelles et différents niveaux. S’adressant aux étudiants présents, il a affirmé : « Vous êtes au cœur de cette réforme et serez incontestablement une partie prenante dans la prise de décisions. »

Lors de son intervention, Youssef Chahed a dressé un bilan mitigé de ces six années postrévolutionnaires, se focalisant d’abord sur les acquis démocratiques de la Tunisie d’aujourd’hui, à commencer par la nouvelle Constitution mais aussi la pluralité de la scène politique, l’indépendance de la justice sans oublier les libertés d’expression, de journalisme et de culte. « La Tunisie a brillamment réussi sur le plan politique, devenant ainsi le seul pays à avoir achevé sereinement le processus de transition démocratique. Mais nous ne pouvons pas nier qu’elle a échoué sur le plan économique et social. Les récents mouvements de protestation en sont la preuve infaillible », a-t-il déclaré. Et d’ajouter : « Il est inacceptable que dans la Tunisie d’aujourd’hui, des gens habitent encore dans des taudis et meurent faute de structures sanitaires de proximité. C’est pourquoi nous nous engageons, d’ici 2019, à ce qu’il n’y ait plus de citoyen qui habite dans ce genre d’habitations précaires. Nous œuvrons également sur une meilleure et plus juste distribution des médicaments à travers le pays. De même, il est inacceptable que dans la Tunisie d’aujourd’hui, un enfant, né dans les régions intérieures ou dans l’un des quartiers populaires, ait moins de chances de réussir que les autres enfants. Tout comme il est inacceptable qu’en 2017, les ressources de l’Etat soient toujours aussi inéquitablement réparties sur les régions. Nous allons nous baser sur le principe de discrimination positive pour rééquilibrer la situation. Enfin, il est intolérable que six ans après le déclenchement de la révolution de la liberté et de la dignité, le taux de chômage soit toujours aussi élevé, notamment parmi les diplômés du supérieur mais aussi que le système de corruption soit toujours le même. Nous allons tout mettre en œuvre pour lutter contre ce fléau qui mine le pays et grâce au Pacte de la dignité qui sera effectif dès le mois de mars, nous allons pouvoir offrir une formation puis un travail à 25.000 diplômés au chômage, qui recevront une rémunération mensuelle de 600 D. » Insistant sur la nécessité d’une meilleure équité entre les régions, Youssef Chahed a évoqué la mise en place imminente de plusieurs projets tel que la ligne ferroviaire reliant Tunis à Kasserine mais aussi l’autoroute du Centre ou encore l’acquisition de 1100 nouveaux bus destinés au transports entre et dans les régions.

Par ailleurs, le Chef du Gouvernement a souligné que l’économie nationale repose essentiellement sur trois piliers, à savoir le secteur privé, le secteur public et l’économie solidaire. Il a ensuite mis en exergue les défaillances et les difficultés financières rencontrées par certains secteurs vitaux dont l’agriculture et le tourisme mais aussi certaines entreprises publiques ou encore les caisses d’assurance sociale. Evoquant la nécessité de mettre en place des solutions d’urgences pérennes et efficientes, Youssef Chahed a déclaré que l’adoption du projet d’urgence économique permettra d’accélérer le rythme des changements, d’enclencher le processus de réforme et d’encourager l’investissement, conditions sine qua none du développement et de la croissance économique. Parmi ces projets qui pourront d’urgence être mis en route, la construction de 13 hôpitaux de proximité dans les régions intérieures. Le Chef du Gouvernement a également insisté sur l’urgence de moderniser l’administration, jugée archaïque et inadaptée.

Il a par la suite dévoilé certains points du plan d’action de son gouvernement pour l’année 2017. Il a cité parmi les priorités sur le plan économique, la restructuration des banques publiques, l’aide au développement des petites entreprises ou encore l’accroissement des transferts d’argent des Tunisiens résidants à l’étranger.

Evoquant les nombreuses difficultés du secteur de l’agriculture, Youssef Chahed s’est désolé qu’en dépit de ses nombreuses richesses naturelles, la Tunisie perdait chaque année des millions de dinars à cause notamment de l’absence de mécanisation de l’ agriculture et de la vétusté des équipements, vieux pour certains d’une vingtaine d’années. Il a déclaré que désormais l’Etat subventionnera à hauteur de 50% toute acquisition de matériel agricole tels que les tracteurs ou encore l’achat de plants d’oliviers. Il a en outre affirmé qu’il était nécessaire de mettre en place une nouvelle carte des terres agricoles. Concernant le tourisme, secteur gravement touché par les attentats terroristes survenus ces dernières années, Youssef Chahed a affirmé que son gouvernement travaillait sur des solutions efficaces à long et moyen termes. Parmi ces dispositifs, l’open sky qui sera effectif dès cette année et qui assurera au tourisme une nouvelle dynamique.

Rym BENAROUS