A quand l’application ? - Le Temps Tunisie
Tunis Samedi 15 Décembre 2018

Suivez-nous

Dec.
16
2018

Port obligatoire de la ceinture de sécurité en ville 

A quand l’application ?

Jeudi 5 Janvier 2017
نسخة للطباعة
• Les chauffeurs de taxi ne seront pas concernés pour des raisons de sécurité • En 2016 il y a eu 7000 accidents de la route ayant fait 1380 morts et 10 670 blessés
A quand l’application ?

Nouvel an, nouvelles résolutions. Parmi les bonnes décisions à adopter en 2017, le port de la ceinture de sécurité pour tous et en tous milieux. Si elle est actuellement optionnelle en ville, cette mesure deviendra prochainement obligatoire. Elle permettra selon ses initiateurs, à court et à long termes, de faire infléchir la courbe des victimes et des blessés des accidents de la route. Même les plus réfractaires des conducteurs devront donc s’y résoudre, à défaut de  quoi ils seront passibles d’amendes. Une question reste toutefois en suspens : à quand l’application de cette décision ?

L’information concernant la ceinture de sécurité a été révélée en décembre dernier et largement relayée. Plusieurs médias ont en effet annoncé qu’une loi sera éminemment votée à ce propos et entrera en vigueur dès janvier 2017. Rien d’officiel pourtant, ce qui a créé beaucoup de confusion dans l’esprit des conducteurs  et notamment les chauffeurs de taxi. Pour tenter d’y voir plus clair, Le Temps a contacté Fraj Ali, D.G du Transport terrestre au ministère du Transport a déclaré à ce propos : « Il faut d’abord préciser qu’il ne s’agit pas là d’une loi mais d’un texte d’application du Code de la route. Ce texte a été mûrement réfléchi et préparé. Il a été adressé à la Présidence du Gouvernement. Il sera donc bientôt adopté, mais nul ne sait quand. Cela prendra en principe quelques mois. » Interrogé également sur le port de la ceinture de sécurité par les chauffeurs de taxi, il a expliqué qu’ils en seront définitivement exemptés. En effet, la ceinture de sécurité les empêcherait, en cas d’agression par autrui, de se défendre à temps. Enfin, il est à noter que le port obligatoire de la ceinture de sécurité à l’intérieur et à l’extérieur des zones urbaines, concernera dans un premier temps les conducteurs et les passagers de devant. Au bout d’une année de sa publication au JORT, cette décision sera également applicable aux passagers des sièges arrière des véhicules. 

« Il y a urgence ! »

La décision de rendre obligatoire le port de la ceinture de sécurité sur toutes les routes, aussi bien en ville qu’ailleurs, a été mûrement réfléchie par les différentes instances gouvernementales concernées par la sécurité routière, à commencer par les ministères du Transport et de l’Intérieur mais aussi par la société civile. Créée en 2013, l’Association des Ambassadeurs de la Sécurité Routière est l’une des ONG les plus actives dans ce domaine. Présidée par Afef Ben Ghenia, l’association organise, tout au long de l’année, des campagnes de sensibilisation de grande envergure en faisant notamment impliquer des personnalités et des enfants et ne se suffit pas d’actions ponctuelles car peu efficaces à moyen et long termes. Pour Afef Ghenia, le port obligatoire de la ceinture est une mesure à adopter d’urgence pour faire baisser le nombre de morts et de blessés sur les routes. « La ceinture de sécurité a prouvé son efficacité, même à petite vitesse et même dans les zones d’agglomération où surviennent 64% des accidents de la route en Tunisie. Elle protège vraiment la vie des passagers. C’est le message que nous tentons de faire parvenir aux citoyens. Il ne suffit pas de faire appliquer la loi et d’imposer des amendes. Il faut, en parallèle, sensibiliser le grand public et convaincre tout usager de véhicule que la ceinture de sécurité n’est pas optionnelle. La répression, à elle seule, ne peut changer les comportements mais associée à la sensibilisation et la prévention, elle peut être efficace et donner de bons résultats.» 

Interrogée sur l’approche dynamique et interactive de ces problématiques par l’association à travers les réseaux sociaux et sur leurs spots de sensibilisation réalisés avec des personnalités du monde de la culture et des sports, Afef Ghneia a répondu : « Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont le moyen de communication le plus direct, percutant et efficace. C’est pourquoi nous fournissons beaucoup d’effort  pour produire de bons spots qui parlent à tous, chacun selon son profil et que nous publions sur les réseaux sociaux. Pour sensibiliser les enfants, nous avons fait appel à Ami Radhouen et sa mascotte Aziza. Pour convaincre les jeunes, nous nous sommes adressés à des pilotes professionnels, notamment de la firme Ferrari, pour les faire participer. D’autres personnalités appréciées par le grand public ont aimablement accepté de figurer sur nos spots. Les dangers sur la route nous concernent tous. Le nombre de morts et de blessés est toujours aussi alarmant. Il y a urgence ! Nous espérons vraiment que la Présidence du Gouvernement fasse le nécessaire et accélère l’entrée en vigueur de cette nouvelle mesure. »

En 2016, plus de 7000 accidents de la route ont eu lieu sur tout le territoire. Le nombre de morts a dépassé les 1380 et celui de blessés les 10670. Une hausse alarmante par rapport à 2015. Le premier janvier 2017, 14 accidents de la route ont eu lieu, contre 17 au 1er janvier 2016. Cinq morts ont perdu la vie au cours de ces drames. On compte aussi 23 blessés. Dans 35,7 % des cas, l’excès de vitesse est la cause principale de la survenue de ces accidents du réveillon.

Rym BENAROUS