La nouvelle vague issue du centre de formation, en illustration - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 6 Août 2020

Suivez-nous

Aug.
7
2020

Le CSS consolide son leadership

La nouvelle vague issue du centre de formation, en illustration

Dimanche 25 Décembre 2016
نسخة للطباعة
Le CSS consolide son leadership: La nouvelle vague issue du centre de formation, en illustration

Après sa facile victoire aux dépens d'une courageuse formation de Tataouine, le CSS a consolidé substantiellement son leadership. En effet, la victoire des "Noir et Blanc" qui a coïncidé avec la défaite de l' Etoile du Sahel à Bizerte leur a permis de porter l'écart les séparant de leur poursuivant à quatre points. L'autre remarque majeure a faire, elle concerne la composition du onze sfaxien qui était fortement remaniée ou plus exactement substantiellement rajeunie par l'incorporation d'une pléiade de jeunes au talent certain parmi lesquels l'on cite le défenseur central, Hnid, le milieu du terrain, Karoui et l'attaquant Habassi qui fut incontestablement l'homme du match. Grâce asa nouvelle vague issue du centre de formation du club, une institution chère au président du club, Moncef Khemekhem à laquelle il veilla durant une décade ou presque. 

 

 Dans le respect total de l'éthique sportive 

Troisième fait saillant du match ,il a trait à l'esprit de cordialité qui l'a caractérisé. Pour rappel le bureau directeur et le public de l'US Tataouine ont réservé, lors du match aller, un accueil fort chaleureux à l'équipe sfaxienne et à ses supporters qui se sont vu accorder la gratuité de l'accès au stade Nejib Khattab. A son tour, le CSS, par réciprocité a réservé à l'équipe hôte 

un accueil aussi chaleureux et les supporters de Tataouine ont eu droit aussi à l'accès gratuit au Mhiri.

Mais le plus important c'est qu'en dépit de l'importance de l'enjeu pour les deux protagonistes, le match s'est déroulé de bout en bout dans le respect total de l'éthique sportive. En somme ce fut un beau vainqueur et un non moins beau vaincu au terme d'un match qui n'a valu que par sa seconde mi-temps.

 Ameur KERKENNI

Mots-clés: