Messieurs du Figaro nous ne sommes pas tous des terroristes… - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 23 Novembre 2017

Suivez-nous

Nov.
23
2017

Billet

Messieurs du Figaro nous ne sommes pas tous des terroristes…

Samedi 24 Décembre 2016
نسخة للطباعة

Dans son édition du 22 décembre, le quotidien français «  Le Figaro » relevait, sous un titre franchement accusateur : « La Tunisie, ce vivier du terrorisme mondial », que notre pays « s’impose comme le plus grand exportateur de djihadistes au monde ». Une accusation jetée en l’air et nullement fondée, dans la mesure où la Tunisie est au cœur de la tourmente et livre un combat sans merci contre le fléau du terrorisme sur son sol.
Premier constat et la France l’a bien vécu à ses dépends : le terrorisme n’a ni terre ni nationalité. Aveugle, le fléau frappe dans tous les pays et continuera encore à frapper. Tunis, Sousse, Paris, Bruxelles et bien ailleurs  constituent des témoignages éclatants  de cette barbarie. Aujourd’hui, tous les  pays sont sur le qui-vive et en état d’alerte pour prévenir autant que cela se peut le phénomène, véritable gangrène du 21ère siècle. Tous les pays dont cette « petite » Tunisie.
Deuxième constat pour les amnésiques: faut-il rappeler à ces messieurs du Figaro et à bien d’autres que c’est là aussi le prix à payer de l’ouverture, de la modernité, de la tolérance, de la liberté retrouvée dans toutes ses formes d’expression et de la démocratisation dont le processus d’instauration a grandement progressé. Faut-il de même leur rafraichir la mémoire  et leur rappeler qu’au temps de la dictature de l’ancien régime aucune expression possible d’une quelconque appartenance politique ou idéologique autre que celle qui prévalait n’était tolérée. Et que toute transgression était sévèrement réprimée attirant par là même les foudres des défenseurs, notamment occidentaux, des droits de l’homme.
Aujourd’hui que l’islam politique farouchement défendu et soutenu justement par l’Occident des droits de l’homme et de la démocratie, est là, membre à part entière du paysage politique tunisien, voilà qu’on vient dans un esprit réducteur de taxer ce petit grand pays, le seul qui a réussi sa révolution de « vivier du terrorisme mondial ». Et dire que ce petit pays messieurs a subjugué le monde entier qui lui a décerné le Prix Nobel de la paix en reconnaissance.
Troisième constat pour tous ceux qui ne voient pas plus loin que leur bout du nez : A ce que l’on sache, parmi les auteurs de l’attentat de Nice et du Bataclan entre autres il y a des Franco -tunisiens nés et éduqués au pays de la révolution de 1789, mais fruit de l’échec d’une politique d’intégration qui les a marginalisés, qui les a  mis au ban de la société et qui les a jeté dans les bras des organisations terroristes, celles là même qui ont été créées, financées et soutenues notamment par des pays occidentaux.
Il est vrai que les terroristes tunisiens ternissent l’image de cette douce et paisible Tunisie  qui accueille bon an mal an des millions  de touristes entre autres français. Il est vrai aussi que la quasi-totalité du peuple tunisien en veut à fond à ces énergumènes dont Anis Amri, cet autre marginalisé, attiré par le mirage de l’Eldorado de l’Occident et qui a été embrigadé, fanatisé en Europe. Et pour preuve si besoin est la manifestation du total rejet de toute tentative « de pardon et autre réinsertion dans l’impunité. » Il n’en demeure pas moins que de tels actes criminels s’inscrivent-ils dans le cadre de l’exception et non de la règle. Ce n’est pas avec le manteau de quelques désaxés que l’on habillera onze millions de Tunisiens qui se battent aujourd’hui, sur tous les fronts et sans répit pour la liberté, la dignité et la démocratie.
Messieurs, les conclusions hâtives,  bâties sur des idées  erronées, à sens unique,  sans fondements critiques et analyses objectives nuisent à cette démocratie naissance qu’est la Tunisie et ne contribue en rien à endiguer ce fléau planétaire au moment où la conjugaison des efforts de tous, au nord comme au sud s’imposent.
Un des personnages de Voltaire, en débarquant en Angleterre avait rencontré une femme blonde. « Tiens, s’est-il dit, toutes les anglaises sont blondes ». Messieurs tous les tunisiens ne sont pas terroristes, comme votre proportionnalité le laisse entendre

La Rédaction